Feu vert pour un frigo géant à ciel ouvert

La commune de Trois-Ponts vient de délivrer, par défaut, le permis pour l’implantation et l’exploitation d’une piste pour la pratique du ski alpin au Val de Wanne à Trois Ponts.

Un système de congélation du sol consommant annuellement, avec l’ensemble des installations prévues (canons à neige, tire-fesse,…), à l’heure où la Belgique s’est engagée à réduire ses émissions de CO2 dans le cadre du protocole de Kyoto, cela ressemble à de la provocation ! Comment faire comprendre aux citoyens qu’ils doivent isoler leur maison, acheter des appareils à grande efficacité énergétique ou utiliser les transports en commun si on autorise des projets de cette nature ? Les fonctionnaires délégués et techniques de la Région wallonne, chargés d’instruire la demande de permis unique, ont pourtant remis un avis favorable assorti d’une série de conditions et la Commune de Trois-Ponts, face à ce dossier délicat, a choisi de ne pas choisir en laissant simplement s’écouler le délai endéans lequel elle devait réagir. Le permis unique est alors délivré aux conditions formulées par les fonctionnaires régionaux.

Si les installations projetées sont déraisonnablement énergivores, leur impact environnemental est majeur à beaucoup d’autre niveaux également: les kilomètres de tuyau de polyéthylène enterrés pour congeler le sol contiennent un produit caloporteur dont on ignore la toxicité, les 12 canons à neige fixe fonctionneront surtout la nuit, l’eau pour alimenter les canons à neige est pompée dans un ruisselet en amont d’une zone Natura 2000, un bâtiment massif de cinq étages entachera un paysage naturel d’une qualité remarquable, un parking de 500 places sur un terrain en forte pente,…  Or, l’étude sensée analyser ces incidences est, en bien des points, lacunaire et les conditions du permis ne nous rassurent guère. Louk’ à ti, association membre de notre fédération qui lutte depuis le début contre le projet tel qu’il se présente actuellement ainsi qu’Inter-Environnement Wallonie et Natagora ont introduit un recours auprès du Ministre. Gageons qu’il entendra nos arguments ! 

Inter-Environnement Wallonie

La voix du mouvement environnemental