IEW met à l’honneur les communes Wallonnes les plus Kyotodynamiques

IEW met à l’honneur les communes Wallonnes les plus Kyotodynamiques

Mise à l’honneur par IEW des communes wallonnes les plus « kyotodynamiques »: Gembloux, Namur, Seraing, La Louvière et Tellin. Sont aussi à l’honneur : Assesse, Froidchapelle et Ciney.

Kyoto vient d’entrer en vigueur. IEW veut montrer comment la lutte contre les changements climatiques peut s’inscrire très concrètement dans le quotidien de tous. L’ampleur de la tâche est énorme. En effet, tandis que la plupart des ménages ignorent le lien entre les consommations d’énergie liées à leur chauffage et Kyoto, beaucoup de communes agissent comme si de rien n’était. Mais les choses bougent pourtant… Inter-Environnement Wallonie se réjouit de la participation de plus de soixante collectifs de citoyens à la campagne «Quelle énergie… dans ma commune?». Les 5 et 6 mars, une quarantaine d’entre eux ont attiré l’attention de leur commune sur les rôles qu’elles peuvent jouer en matière d’énergie.

Le vendredi 4 mars, Inter-Environnement Wallonie a mis à l’honneur, à la Maison Communale de La Louvière, les communes wallonnes les plus «Kyotodynamiques» :

La commune la plus kyotodynamique : Gembloux

La commune la plus active en matière de « mobilisation de ses citoyens » : La Louvière

La commune la plus active en matière de « maîtrise de ses consommations » : Tellin

La commune la plus active en matière de « production d’énergie verte » : Namur

La commune qui a connu ces deux dernières années, la plus nette progression de son « kyotodynamisme » : Seraing

Lors de cette conférence de presse, IEW a également présenté les actions menées les 5 et 6 mars par les collectifs de citoyens participant à la campagne : envoi de mémorandums, affichage d’étiquettes énergie, organisation d’événements : visites, débat, animations scolaires, …

Enfin, une présentation du site web www.kyotocommunes.be qui propose un inventaire du « kyotodynamisme » des 262 communes wallonnes fut également au programme. Celui-ci reprend une quinzaine de critères permettant d’évaluer ce « kyotodynamisme », définis et pondérés avec l’aide de la Région wallonne, ces critères aboutissent aujourd’hui à l’attribution aux communes d’une lettre (de A à G) symbolisant leur « kyotodynamisme ». Certaines d’entre elles se distinguent clairement en tête de peloton.

Alain Geerts

Communication & Mobilité