Kyoto, CO2 : trop de quotas !

Namur, 20 octobre 2004

Communiqué de presse

Kyoto

CO2: Trop de quotas!

La Commission européenne a accepté l’ensemble des plans belges d’allocation de CO2 pour la période 2005, 2006 et 2007. Pour Inter-Environnement Wallonie, c’est une bonne chose que ce système d’échanges de quotas soit mis en oeuvre. Mais le Plan wallon manque particulièrement d’ambition. Et il est largement insuffisant pour atteindre Kyoto.

Mue par l’urgence, la Commission européenne a finalement accepté le plan belge de quotas d’émission. Ceci afin que le marché européen du CO2 puisse débuter au premier janvier 2005. Pour la fédération Inter-Environnement Wallonie, c’est une bonne chose que ce mécanisme novateur [[IEW soutient le mécanisme d’échanges de quotas : attribuer un plafond (quota) à chaque cheminée industrielle permet de limiter les émissions de CO2 ; l’échange permet d’égaliser les coûts entre les entreprises.]] commence rapidement.

Malheureusement, la Région wallonne a été particulièrement laxiste envers ses industries, à commencer par celle du secteur électrique. Tout porte à croire que les quotas d’émissions de CO2 octroyés par la Région sont largement supérieurs à ce que les industries émettront réellement. En témoigne le ‘Plan air’ [[Le Plan wallon de l’air, acté en début d’année 2004 par le Gouvernement wallon]] sur lequel était pourtant sensée se baser la distribution des allocations. Selon ce Plan air, même le scénario ‘sans aucune mesure’ [[Le scénario BAU (comme ‘Business as usual’) du ‘Plan air’ prévoyait pour 2006 des émissions de CO2 de l’ordre de 25,6Mt/an. Le quota accepté aujourd’hui est de 27,9MtCO2/an.]] ne prévoyait pas des émissions de CO2 aussi élevées. Le quota wallon constitue même une nette augmentation par rapport aux émissions en 2000 ! Impossible qu’à ce rythme de croissance des émissions industrielles, la Wallonie réduise ses émissions… Si l’effort des entreprises est insuffisant, quel autre secteur de la société fera l’effort supplémentaire : le secteur résidentiel ? celui des transports ? Inter-Environnement
Wallonie pense qu’un véritable Plan climat s’avère nécessaire pour déterminer qui fera quoi. Et comment.

Quoi qu’il en soit, cette ‘sur-allocation’ wallonne risque de miner l’efficacité environnementale du mécanisme, avant même son entrée en vigueur. La période d’essai de 2005 à 2007 doit être vue comme une période d’apprentissage. Des quotas bien plus
contraignants seront nécessaires pour la période 2008-2012. Sans échappatoires.

Pour plus d’informations: Stephan Vis – 0479/497656

Inter-Environnement Wallonie – Boulevard du Nord, 6 – 5000 Namur – 081/255 280 – www.iewonline.be

Alain Geerts

Communication & Mobilité