L’Agence fédérale de contrôle nucléaire ne sait trop que faire des déchets…

L’Agence fédérale de contrôle nucléaire ne sait trop que faire des déchets…

On l’a évoqué à plusieurs reprises sur ce site, l’ONDRAF (Organisme national des déchets radioactifs et des matières fissiles enrichies) prépare, à la demande du gouvernement fédéral, un plan de gestion à long terme des déchets nucléaires. La solution privilégiée est l’enfouissement « définitif» dans l’argile de Boom.

Cette option a été dénoncée dans l’avis critique que la Fédération a rendu suite à l’enquête publique à laquelle le plan de l’ONDRAF a été soumis. (Cliquez ici pour consulter l’analyse d’IEW).

Et voilà que l’avis rendu tout récemment par l’Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN), organisme en charge de garantir une protection efficace de la population, des travailleurs et de l’environnement contre les rayons ionisants, s’avère lui aussi très mitigée quant à l’option défendue par l’ONDRAF. En gros, pour l’AFCN, il est trop tôt pour trancher le sort qui sera réservé aux déchets nucléaires. Si la stockage en surface n’apparaît pas souhaitable pour des déchets de haute intensité et/ou à longue durée de vie, « il n’est actuellement pas possible de prendre une décision sur la formation hôte» de l’enfouissement.
Cette position illustre s’il en était encore besoin la quadrature du cercle pour ne pas écrire l’impasse que constitue aujourd’hui la gestion des déchets générés par l’industrie nucléaire, déchets dont la dangerosité extrême est appelée à se prolonger sur des milliers d’années. Il s’agit d’une démonstration par l’absurde de l’urgence de renoncer au plus vite à une source d’énergie dont les problèmes qu’elles génèrent sont sans commune mesure avec les solutions qu’elle est censée apporter…

Voici, pour information, les points de convergences et de divergences entre les avis de l’AFCN et d’IEW sur le projet de l’ONDRAF.

Sur la décision de principe (à savoir l’enfouissement définitif dans l’argile de Boom)

 AFCN: Ne pas prendre, à ce stade, de décision en faveur d’un type de formation hôte (notamment l’argile comme le demande l’ONDRAF) pour l’enfouissement définitif.

 IEW: Ne pas prendre, à ce stade, de décision sur le type de gestion qui sera faite des déchets.

Sur la solution

 AFCN: L’évacuation géologique (mise en dépot géologique ou forage profond) est la solution la plus sûre. L’AFCN n’est pas favorable à un
entreposage en surface en attendant la mise au point de nouvelles techniques.

 IEW: L’état actuel des recherches n’offre pas suffisamment de garanties pour la mise en dépôt géologique. En attendant la mise au point d’une solution de stockage la plus sûre possible, les déchets doivent rester stockés en surface. L’entreposage «définitif» en surface est en outre une solution qui doit être étudiée.

Sur la recherche

 AFCN et IEW: Il faut poursuivre la recherche sur l’argile, les autres roches et d’autres techniques.

 AFCN: Il faut étudier les forages profonds mais pas l’entreposage en surface.

 IEW: Il faut étudier d’autres techniques en ce compris l’entreposage en surface.

Autre point commun

AFCN et IEW considèrent que la présence d’aquifères importants près de la couche d’argile de Boom n’a pas été assez prise en compte par l’ONDRAF.

Inter-Environnement Wallonie

La voix du mouvement environnemental