La Belgique veut plus d’agrocarburants. Inacceptable !

La Belgique veut plus d’agrocarburants. Inacceptable !

Le Parlement a voté ce mardi en urgence une proposition de loi qui vise à doubler le pourcentage minimum d’agrocarburant incorporé dans l’essence (jusqu’à 9%) et le diesel (jusqu’à 6%). Les ONG dénoncent l’hypocrisie des partis de la majorité et les conséquences néfastes de cette décision sur l’environnement et la sécurité alimentaire tant européenne que des pays du Sud.

L’aide publique belge, d’un côté soutient l’agriculture familiale et de l’autre la menace par la politique énergétique qu’elle porte : c’est à tout le moins une incohérence flagrante.

La moitié des terres accaparées dans les pays du Sud sont, faut-il le rappeler, destinées à produire des agrocarburants. Cette décision constitue une capitulation du gouvernement face aux exigences de l’industrie des agrocarburants, estiment les ONG.

La procédure d’urgence choisie par le gouvernement sert surtout à faire passer en catimini un texte rétrograde, alors même qu’une concertation promise de longue date avec le Secrétaire d’Etat Wathelet est restée lettre morte. C’est un signe inquiétant pour les ONG. Il affirmait pourtant soutenir la proposition de la commission européenne de geler la part des agrocarburants qui entre en concurrence avec l’alimentation.

Le gouvernement fait passer l’intérêt de quelques entreprises avant les consommateurs, les agriculteurs et le droit à l’alimentation. Cette politique inefficace en terme environnemental bénéficie d’aides publiques considérables et représente un surcoût d’environ 200 millions d’euros par an pour les consommateurs qui payent plus cher un carburant moins performant.

Aussi, les ONG demandent de réduire la consommation de carburant et de mettre en place un programme de réduction des agrocarburants issus de cultures alimentaires. Le texte voté hier prévoit l’inverse.

La table-ronde du parlement sur la Cohérence des politiques du 10 juin a mis en évidence l’incohérence d’un soutien aux agrocarburants parce qu’ils menacent l’accès à la terre et la sécurité alimentaire des pays du Sud. Le lendemain, les mêmes partis de la majorité prennent une décision qui menace la sécurité alimentaire au Sud en décidant de relever radicalement les taux obligatoires d’incorporation d’agrocarburant dans le transport belge.

Liste des organisations signataires :
CNCD-11.11.11, Inter Environnement Wallonie, SOS Faim, CETRI, Associations 21, Entraide et Fraternité, FIAN Belgique, Oxfam Solidarité, CRIOC

Inter-Environnement Wallonie

La voix du mouvement environnemental