La dégradation de la Lesse et de son environnement : trop, c’est trop !

La dégradation de la Lesse et de son environnement : trop, c’est trop !

Le présent communiqué résume l’essentiel de ce qui s’est dit à la conférence de presse qu’un collectif d’associations a tenue ce jour à Namur. Vous aussi pouvez télécharger le dossier complet. Et les annexes au dossier se trouvent au bas du communiqué.

Associations partenaires :

 Ardenne et Gaume asbl

 Association pour la défense des sites et vallées du namurois asbl

 Fédération sportive des pêcheurs francophones de Belgique asbl

 Fédération halieutique et piscicole des sous-bassin de la Lesse asbl

 Hydrolesse sa

 Les naturalistes de la haute lesse asbl

 Maison de la pêche asbl

 Natagora asbl

 Villatoile sa

 Inter-Environnement Wallonie asbl

Durant des décennies, la descente de la Lesse a permis à des milliers de jeunes et moins jeunes de découvrir le plaisir de la pratique du kayak au cœur d’une nature accueillante, à l’origine dans de grandes barques, ensuite dans des kayaks bleus, jaunes ou rouges, loués auprès d’un des 3 exploitants locaux. Mais depuis quelques années, si les couleurs des kayaks sont toujours les mêmes, le noir de la colère de nombreux usagers et riverains de la Lesse s’est ajouté à la palette .

Les conditions dans lesquelles se pratique aujourd’hui l’exploitation commerciale du bien public qu’est la Lesse seraient inimaginables dans tout autre pays européen, et ce en raison du caractère lacunaire et défaillant des permis octroyés par les responsables publics successifs, des débordements que s’autorise essentiellement un des exploitants (il en reste deux) et de l’absence de contrôles et sanctions de la part des autorités publiques. Les comportements irresponsables et délictueux des kayakistes résultent directement de ces trois facteurs.

En saison, les jours de grande affluence, plus de 5000 personnes descendent la Lesse en kayaks loués, nombre d’entre elles dépassant, parfois de plusieurs heures, la limite horaire de navigation autorisée. Restent alors dans la rivière, sur ses berges et dans les prairies qui la bordent des ordures en tout genre (déjections humaines, papier de toilette et serviettes hygiéniques, bouteilles en verre cassées, canettes et récipients en plastique, petits barbecues en aluminiums, etc).

Le 26 octobre 2017, faisant fi des avis et considérations des instances administratives compétentes, le Ministre Carlo Di Antonio, en charge de l’environnement, a délivré au plus gros des deux exploitants de kayaks et dont les débordements sont bien connus, un permis d’environnement appelé à augmenter encore la pression sur la Lesse, sa faune, sa flore et ses abords… sans aucune considération, en outre, pour les autres usagers de la rivière et de la vallée.

Trop c’est trop ! Un recours au Conseil d’État a été introduit contre cette décision par le collectif regroupant les associations environnementales et de protection de la nature, les associations de pêcheurs, des acteurs du tourisme local et des riverains dont vous avez la liste en début de communiqué.

En outre, plusieurs mesures devraient et pourraient être prises sans délai par l’autorité publique pour limiter les conséquences des pratiques actuelles avant de revoir les modalités d’octroi des permis dans une perspective environnementale et touristique cohérente.

La descente de la Lesse gagnerait à s’inscrire dans une dynamique respectueuse de l’environnement et porteuse d’un tourisme plus conforme au potentiel naturel, historique et archéologique offert par la vallée de la Lesse.

Contacts presse :

Lionel Delvaux : +32 497 766 011

Annexes au dossier de presse :
Ansiaux permis 2004 08 09
arrêté GW 2009 03 19 circulation cours d’eau
Constat huissier kayaks 2017 05 27
Constat huissier kayaks 2017 08 14
courrier comptable pitance 2017 06 26
Dinant tourisme bilan 2016 2015
Permis Pitance 2017 06 19
Pitance bilan 2016 2015

Lionel Delvaux

Anciennement: Nature & Ruralité

Fermer le menu