La Fédération décerne ses Palme & Chardon 2010

La Fédération a décerné ce mardi ses Palme et Chardon qui distinguent respectivement un « bon élève » et un « cancre » de la classe environnementale.
Pour ce millésime 2010, les honneurs sont revenus à Danielle Sarlet, actuelle Secrétaire générale de l’administration wallonne, récompensée pour son action opiniâtre à la direction de l’Aménagement du territoire. A l’opposé, le Jury d’éthique publicitaire (JEP) a été épinglé pour son incapacité à réguler les pratiques de la publicité. Le « Prix des associations » qui couronne le travail d’une des 150 associations de la Fédération est allé à Trop de Bruit en Brabant wallon.

La Palme attribuée à Danielle Sarlet récompense logiquement et méritoirement le travail que cette fonctionnaire d’une rare intégrité a mené à la tête de l’administration wallonne en charge de l’Aménagement du territoire. Rigueur dans la gestion de l’espace, attention portée à l’environnement : tels étaient les caps que Madame Sarlet s’était fixés et jamais elle n’en a dévié. Elle a parfois froissé, c’est vrai, mais le vrai respect de l’autre, ce n’est pas de faire des contorsions pour éviter de le froisser: c’est de se tenir devant lui dans l’exigence de sa conscience et de sa liberté. Et ce respect-là, elle l’a! En outre, avec Danielle Sarlet, le contact est toujours franc ; on se trouve face à une interlocutrice ouverte, passionnée par sa matière, dotée d’une lucidité et d’une franchise peu communes. Sa liberté de pensée et de parole exemplaires lui ont coûté son poste, un Ministre ne s’en accommodant plus. Mais le courage est parfois payant et Madame Sarlet a rebondi pour se retrouver à la tête de l’administration wallonne où ses qualités trouveront sans nul doute à s’exprimer pleinement.

Le Chardon a, quant à lui, été attibué au Jury d’éthique publicitaire. Organe d’auto-régulation de la publicité en Belgique, le Jury d’éthique publicitaire (JEP) est composé pour moitié de membres issus du secteur lui-même. Sans doute cette situation de « juge et partie » explique-t-elle l’incapacité de la structure à assurer un encadrement efficace des pratiques publicitaires. Une incapacité que la Fédération a souhaité mettre en exergue en attribuant son Chardon à cette institution fantoche. Deux éléments motivent plus particulièrement ce choix, deux éléments démontrant l’incapacité du JEP à

 faire respecter la législation en vigueur relative à l’affichage dans les publicités pour les voitures neuves de leurs consommation et émissions de CO2. Un affichage qui, légalement, devrait être de taille égale au message principal de l’annonce. Il suffit de regarder autour de soi pour voir que l’on est très loin du compte ;

 interdire l’utilisation abusive d’arguments environnementaux dans les publicités.

Par ailleurs, le JEP s’obstine à combattre l’instauration d’un Observatoire indépendant de la publicité pourtant préconisée par le Conseil fédéral du Développement Durable et actée dans les plans fédéraux du Développement Durable.
Ce Chardon a valeur de signal d’alarme face à une situation compromettant l’indispensable remise en cause de nos modes de consommation.

Le Prix des Associations est quant à lui revenu à Trop de Bruit en Brabant Wallon. Cette association a non seulement su éviter le piège du nymbisme en diversifiant ses combats mais elle montre également un dynamisme contagieux et s’investit pleinement dans le travail et les actions de la Fédération.

Argumentaire de la Palme: cliquez ici.

Argumentaire du Chardon: cliquez ici.

Argumentaire de la Palme: cliquez ici.

Inter-Environnement Wallonie

La voix du mouvement environnemental