La sécurité des piétons et des cyclistes, une urgence !

La sécurité des piétons et des cyclistes, une urgence !

Prendre des mesures efficaces pour réduire fortement le nombre de piétons et de cyclistes tués sur les routes européennes est impératif. The European Transport Safety Council (ETSC) vient précisément de publier un rapport1 indiquant qu’au moins 51.300 piétons et 19.450 cyclistes ont trouvé la mort sur les routes européennes entre 2010 et 2018. ETSC réclame des actions urgentes.

Alors que le nombre de morts parmi les occupants de véhicules motorisés a diminué de 3.1% par an entre 2010 et 2018, le nombre de victimes mortelles parmi les piétons et cyclistes n’a connu une régression que de 0,4% par an, autrement dit une réduction 8 fois moins importante.

Les explications avancées tiennent d’une part à l’augmentation du nombre de cyclistes dans les  différents pays européens en Europe, mais aussi à l’échec de nombreux gouvernements, des autorités locales et des constructeurs automobiles à prendre les mesures adéquates pour protéger efficacement les usagers vulnérables sur nos routes. Le rapport indique que 99% des piétons et 83% des  cyclistes tués l’ont été suite à une collision avec un véhicule motorisé.

C’est consternant !

Les solutions à activer sont pourtant connues. Depuis de longues années, IEW met en avant plusieurs recommandations reprises dans ce rapport. Concernant les autorités publiques régionales et locales, il s’agit de manière prioritaire d’aménager l’espace et les voiries publiques pour favoriser un partage équitable et pacifique. L’intention du Gouvernement Wallon de revoir le plan infrastructure pour y inscrire plus fermement le principe STOP2 est encourageante. Les concrétisations ne peuvent plus attendre. Dès à présent, la priorité doit être donnée aux modes actifs au niveau de tous les travaux de voirie. Cela doit être complété par des plans d’actions régionaux pour développer l’usage du vélo et de la marche. Nous n’avons pas besoin d’un catalogue de bonnes intentions mais bien de mesures concrètes qui seront activées durant cette mandature. La Ville 30 km/h, au cœur de l’actualité Bruxelloise en matière de mobilité, constitue par exemple une application concrète de ce principe STOP. En Wallonie, Arlon se penche sur la question3. Et pour apaiser les villes et, dans la foulée, améliorer la sécurité des usagers vulnérables, IEW et EPVR propose un concept original et innovant, la Low Danger Zone (LDZ), actuellement en discussion à la ville de Liège.

Il est par ailleurs impératif que l’Union Européenne, avec le soutien ferme des pouvoirs régionaux et nationaux, active ses propres leviers d’action pour contraindre les industries automobiles à changer de direction au niveau de l’évolution de leur parc automobile.  Plusieurs facteurs sont à l’origine de la quasi stabilité dans le nombre de victimes d’accidents routiers parmi les cyclistes et les piétons; l’un des facteurs principaux – et des moins débattus hélas – est la croissance continue de la taille et des “performances” des voitures dont la mode des SUVs constitue le meilleur symbole.

 Les constructeurs automobiles rétorquent qu’ils répondent à la demande du marché, mais ce marché est créé par leurs soins. Une analyse des publicités automobiles a démontré une surabondance des publicités vantant les véhicules les plus puissants et polluants, du type SUVs. Imposer des limites au niveau de la masse et de la puissance des véhicules qui peuvent être mis sur le marché est indispensable à côté des normes d’émissions de CO2 actuellement en vigueur. D’autant plus que le respect de ces normes CO2 doit être atteint au niveau de la moyenne du parc automobile d’un constructeur, autrement dit la moyenne des voitures mises sur le marché et non celles vendues. Dès lors, produire l’un ou l’autre modèle performant dédouane les constructeurs de faire de vrais efforts sur les autres modèles. Ces derniers, surpuissants et dangereux, vantés dans les publicités, assurent des marges bénéficiaires plus importantes à l’industrie.

En tant qu’organisation, vous pouvez encourager à la prise de mesures politiques efficaces en signant la charte Lisa Car pour des voitures plus légères et moins dangereuses : https://www.lisacar.eu/charte-lisa-car/

En tant que citoyen, vous pouvez agir en signant la pétition réclamant la fin des publicités pour les voitures : https://www.change.org/p/aux-%C3%A9lus-et-dirigeants-des-partis-politiques-de-belgique-stop-%C3%A0-la-pub-pour-les-autos?signed=true

Les mesures pertinentes pour réduire durablement le nombre de victimes parmi les piétons et les cyclistes répondent à une urgence de santé publique (sécurité routière, bruit et pollution de l’air) mais contribuent également à agir face à l’urgence environnementale (dérèglement climatique et dégradation de la biodiversité).

C’est bien le message porté par Graziella Jost, Projects Director à l’ETSC: “The EU is facing a multitude of challenges: the climate emergency; road deaths and serious injuries; air pollution and obesity.  Policies that improve the safety of cycling and walking can also make a major contribution to tackling all these challenges.” 

Des mesures politiques aux effets démultiplicateurs positifs… qu’attend-t-on pour les activer ?


  1. Pour une lecture complète du rapport : https://etsc.eu/wp-content/uploads/PIN-Flash-38_FINAL.pdf
  2. L’acronyme STOP, issu des termes néerlandophes Stappen, Trekken, Openbaar vervoer, Privaat Vervoer, signifie que pour tout aménagement ou mesure prise, la priorité doit être d’abord donnée à la marche, puis au vélo, ensuite aux transports publics et enfin à la voiture particulière.
  3. https://www.rtbf.be/info/regions/luxembourg/detail_le-centre-ville-d-arlon-est-il-une-future-zone-30?id=10408869 et https://www.tvlux.be/video/info/arlon-une-ville-a-30km-h-_33604.html
Fermer le menu