La tarification progressive de l’électricité, c’est maintenant !

La tarification progressive de l’électricité, c’est maintenant !

Le projet de « tarification progressive » de l’électricité reviendra ce jeudi sur la table du gouvernement wallon pour son adoption en troisième lecture.
Pour la Fédération Inter-Environnement Wallonie, cette mesure favorable aux ménages modestes et à ceux s’appliquant à limiter leur consommation énergétique constitue une avancée tant sociale qu’environnementale. IEW demande donc aux partenaires gouvernementaux de ne pas céder à la tentation de stratégies politiciennes en vue des prochaines échéances électorales et de s’accorder sur une réforme figurant d’ailleurs dans la déclaration de politique régionale qu’ils se sont engagés à mettre en œuvre.

À l’heure actuelle, le prix de l’électricité en Région wallonne est dégressif : plus on consomme, moins on paie cher son kWh à l’unité. Cette situation pose problème à la fois d’un point de vue social et environnemental. En effet, les études – réalisées notamment par la CWaPE ou la CREG – montrent que la consommation d’électricité augmente avec le revenu alors que la part de ce revenu consacrée aux dépenses énergétiques, elle, diminue. Autrement dit, plus vous êtes financièrement favorisé, plus vous consommez et plus la part de vos ressources consacrée à cette consommation est faible !

Le principe de la tarification progressive et solidaire consiste à renchérir le coût du kWh pour les tranches de consommation les plus élevées afin d’instaurer une solidarité entre les ménages et de garantir à tous un accès de base aux services de l’énergie. Cette augmentation du prix du kWh concernera donc essentiellement les consommations « de luxe » et le gaspillage énergétique qui sont aujourd’hui facturées à un prix inférieur à celui pratiqué pour la consommation de base.

Si le projet déposé sur la table du gouvernement wallon est loin d’être parfait, il constitue une première étape indispensable dans la correction d’un système aussi inégalitaire que dommageable pour l’environnement. IEW invite donc les partenaires gouvernementaux à ne plus tergiverser et à adoper cette réforme dont l’impact social redistributif devrait s’accompagnera d’une diminution de la consommation globale et des pollutions qui y sont liées.