La Wallonie malade de son environnement

Le Ministre wallon de l’environnement, Philippe Henry, a présenté ce vendredi le millésime 2010 du « Tableau de bord de l’environnement wallon ». Les informations compilées dans ce document confirment qu’en de nombreux domaines environnementaux, la Région est en retard par rapport à la moyenne européenne.
Pour la Fédération Inter-Environnement Wallonie, l’élément le plus inquiétant réside dans la diminution de « l’espérance de vie en bonne santé ». Cet indicateur fait en effet apparaître de manière incontestable l’impact d’un environnement dégradé sur notre santé.

Les évolutions présentées dans ce « Tableau de bord » recèlent peu de surprises pour qui suit de près les matières environnementales. Elles permettent toutefois d’objectiver les constats – malheureusement trop souvent négatifs – posés par les experts.

Pour la première fois cette année, le document propose une évaluation des « performances » wallonnes à l’aune de la moyenne des Etats européens et force est de constater que la Région fait trop souvent figure de mauvais élève voire de cancre. Six indicateurs sur seize sont ainsi en-deçà de la moyenne de l’Union (c’est notamment le cas en matière de gestion des déchets, sauvegarde de la biodiversité et importance du transport routier). Par ailleurs, un tiers de ces seize indicateurs affiche une évolution négative ce qui signifie que la situation – déjà peu favorable – se dégrade davantage encore…

La Fédération Inter-Environnement Wallonie note avec inquiétude la diminution de « l’espérance de vie en bonne santé » révélée par ce rapport.[[Suite à notre communiqué, l’administration wallonne nous a informés de l’absence, dans le TBE d’une note recadrant, à ses yeux, la valeur que l’on peut accorder à l’évolution de cet indicateur “Espérance de vie en bonne santé”. Voici l’intégralité de cette note. Tableau de bord de l’environnement wallon 2010 – p. 15 – Note au sujet de l’indicateur structurel européen “Années de vie en bonne santé à la naissance”
L’indicateur “Années de vie en bonne santé (AVBS) à la naissance” mesure le nombre d’années qu’une personne à la naissance peut s’attendre à vivre en bonne santé. L’AVBS est un indicateur d’espérance de santé qui combine des informations sur la mortalité et la morbidité. Les informations utilisées pour son calcul sont, d’une part, des données de mortalité par âge et, d’autre part, des mesures de prévalence (proportions) de la population d’un âge spécifique étant dans des conditions de bonne et de mauvaise santé (une bonne santé étant définie par l’absence de limitations d’activités / l’absence d’incapacités).

Pour les données de mortalité, les indicateurs calculés par EUROSTAT se basent sur les statistiques officielles de mortalité nationales communiquées en Belgique par l’ISP. Pour les données de morbidité, ils se basent sur des enquêtes européennes, dont la source (et la méthodologie probablement) a changé en 2004. Ce sont les données du ECHP (European Community Household Panel) qui ont été utilisées jusque 2003, et les données du EU-SILC (European Community Statistics on Income and Living Conditions) dès 2004. Cette modification a entraîné une chute de la valeur de l’AVBS pour la plupart des pays européens entre 2003 et 2004 (voir EUROSTAT), rendant délicate la comparaison des données avant et après cette transition.

Le TBE 2010 reprend les indicateurs structurels environnementaux d’EUROSTAT dans la fiche INT 2, p. 15. Une note de bas de tableau aurait du préciser pour l’indicateur AVBS que la rupture de la série temporelle était liée à des facteurs méthodologiques. Nous mettons tout en ½uvre pour apporter cette correction au plus vite.]]
Si les Belges (les chiffres se réfèrent ici au niveau fédéral et non régional) continuent à vivre de plus en plus vieux, ils sont moins longtemps « en pleine forme ». Pour la Fédération, cette situation traduit l’impact de l’environnement sur la santé. A cet égard, la Belgique vient de se faire rappeler à l’ordre par la Commission européenne pour l’insuffisance des mesures prises en vue d’améliorer la qualité de l’air, principalement en ce qui concerne la lutte contre les particules fines (PM10). Des particules fines qui sont responsables d’irritation des voies respiratoires, de problèmes cardio-vasculaires et, in fine, d’une réduction de l’espérance de vie estimée à 13 mois…

Inter-Environnement Wallonie espère que ces données inciteront la Région à mettre en ½uvre une politique plus volontariste en vue d’améliorer une situation dont les enjeux débordent largement le cadre strictement environnemental.

Vous trouverez en annexe l’analyse de divers aspects de ce «Tableau de bord de l’environnement» 2010 réalisée par les experts de la Fédération.

Inter-Environnement Wallonie

La voix du mouvement environnemental