La Wallonie, terre d’accueil pour les élevages intensifs?

Après les poulets et les cochons, voici venu le temps des élevages intensifs de veaux blancs. L’occasion pour les riverains et IEW de rappeler leurs priorités.

Vers la fin des années 90, de nombreux projets d’élevage intensif ont vu le jour en Wallonie, … terre d’accueil des projets venant du nord du pays où les surplus de lisiers limitent l’extension des élevages. Après les poules et les cochons, voici venu le temps des veaux blancs ! Ainsi, à Ciney et Gerpinnes, des projets d’élevage de respectivement 2400 et 1600 veaux blancs ont déjà fleuri. Inquiets de l’incidence environnementale et du développement de ce type d’élevage, des associations locales et des comités de riverains s’y opposent. A Gerpinnes, l’agriculteur a introduit un recours contre le refus de l’autorité communale. La décision est maintenant dans les mains du ministre…

Au-delà de ces cas ponctuels, nous demandons que ce gouvernement respecte les principes acquis lors de la législature précédente : la liaison au sol au sein d’une même exploitation et la réalisation d’un cadastre des épandages. Ces principes seront-ils négligés au détriment de l’environnement ? Les associations le craignent…

Inter-environnement Wallonie demande :

  • 1* L’imposition d’une liaison minimale entre l’activité agricole et l’élevage au sein d’une même exploitation. Cette liaison doit permettre aux éleveurs de produire une partie de l’alimentation de leur cheptel et d’utiliser leurs propres superficies pour l’épandage des effluents. Ce taux minimum de liaison au sol (50 %), interne à l’exploitation, devrait être inscrit dans les conditions sectorielles du permis d’environnement.

  • 2* La réalisation d’un cadastre des épandages sur le territoire de la région wallonne, qui soit basé sur le respect des législations existantes en matière d’épandage d’effluent, tout en prenant en compte la protection de la biodiversité (site Natura 2000, réseau écologique wallon, …) et la préservation des eaux de surfaces. Sans ce cadastre, nous ne pouvons estimer les potentialités de développement de l’élevage en région wallonne.

  • 3* La révision de l’arrêté relatif à la gestion durable de l’azote, avec notamment pour objectif de placer toute la Région en zone vulnérable. Cet arrêté, qui est la transposition de la directive Nitrate en région wallonne, est jugé insuffisant par la commission européenne (un arrêts de la Cour Européenne de Justice est attendu début mars).
  • Contacts :

    Inter-Environnement Wallonie, Lionel Delvaux (010/255295)

    Ciney-Environnement, Yvette Granville (083/211199)

    Comité des riverains de Fromiée, Robert Milet (071/501874)

    Alain Geerts

    Communication & Mobilité