Le climat doit encore prendre sa place dans le budget wallon

Le climat doit encore prendre sa place dans le budget wallon

La politique climatique wallonne a connu un nouvel élan ces derniers mois avec l’arrivée du Ministre Jean-Luc Crucke et l’adoption – à l’unanimité – d’une résolution climat au Parlement wallon. Un objectif de réduction des émissions de GES de -95% en 2050 a ainsi pu être adopté : une ambition en ligne avec l’Accord de Paris. La résolution climat contient par ailleurs un nombre important de mesures positives à mettre en œuvre dans tous les domaines et au travers de toutes les compétences (énergie, logement, mobilité, aménagement du territoire, agriculture, formation, emploi…).

La capacité à répondre de manière adéquate à l’enjeu climatique dépendra de la capacité du Gouvernement à en faire un enjeu collégial et transversal, ainsi qu’à sortir rapidement des incohérences entre certaines politiques et les objectifs climatiques.

A cet égard, on soulignera le non-sens qu’il y aurait à poursuivre le développement d’infrastructures routières selon les plans du Gouvernement : autoroute Cerexhe-Heuseux Beaufays (plus de 600 millions d’euros), contournement Nord de Wavre (36 millions d’euros), nouvelle route d’accès à Pairi-Daiza (20 millions d’euros), etc. Ces projets sont non seulement extrêmement coûteux, mais ils renforcent un aménagement du territoire wallon centré sur la voiture individuelle et les transports carbonés.

Même constat au niveau des aéroports wallons, où le budget 2018 du Gouvernement prévoit l’affectation de 105 millions d’euros. Ce n’est rien de moins qu’un subside à la destruction du climat : « Si une personne effectue un vol aller-retour de Vienne aux îles Canaries, cela provoque la fonte d’environ 4,5 mètres carrés de banquise. » Et pendant ce temps, la Wallonie ne dépense toujours qu’une petite quinzaine de millions d’euros pour l’ensemble de sa politique cyclable…

Le ministre du climat ne peut cautionner une répartition des moyens budgétaires wallons si contradictoire avec la préservation d’un climat viable. Pour concrétiser sa belle ambition, la Wallonie doit se doter d’un budget qui soutient, et non détricote, sa politique climatique.

Noé Lecocq

Climat & Mobilité

Fermer le menu