Le gazon anglais: une pratique dépassée ?

Comme chaque année à même période, ça sent le printemps et les activités d’extérieur sont de retour. Il est temps de se repencher sur cette pelouse qui ne ressemble plus à rien. En avant la tondeuse, un peu d’herbicide par-ci, d’engrais chimiques par-là… Aucun souci pour trouver les multiples produits miracles pour arriver à ses fins : les rayons sont pleins et la pub nous rafraîchit la mémoire. Telle promo pour le désherbant « Terminator » ou le mélange engrais&anti-mousse « Super net ». Telle pub radio nous rappellera qu’il est urgent de penser à bichonner sa pelouse si on veut conserver un gazon de qualité.
Mais, à bien y regarder, ce n’est pas commode d’atteindre le standard « gazon anglais ». Il suffit de surfer sur un site spécialisé sur la question pour réaliser à quel point la réalité frôle la caricature. Voici en résumé la marche à suivre : « tondre le gazon très court, appliquer un produit anti-mousse, après 15 jours ramasser la mousse et scarifier, ensemencer les zones dégarnies, poser un peu de terreau, rouler, arroser, puis après 30 jours, tondre et apporter un engrais spécial et si besoin un désherbant jeune gazon, après 6 mois, épandre un désherbant gazon…» et comme la saison se termine, on comprend aisément que tout ce travail est à recommencer… chaque année !

La lutte contre ces quelques pâquerettes ou pissenlits mérite-t-elle de consacrer un tel investissement en produits onéreux et tant d’efforts infinis? D’autant plus que bon nombre d’arguments en faveur de la santé et de la protection de l’environnement poussent à une gestion plus écologique des parcs et jardins. Quelques m2 de jardin laissés à la nature permettent l’accueil d’une végétation spontanée et de toute une série d’insectes, d’oiseaux … en quête de ce type d’habitat. Vous aurez certainement envie d’étendre cette zone naturelle quand vous découvrirez qu’elle devient votre alliée en accueillant des coccinelles qui ne feront qu’une bouchée des pucerons installés sur vos rosiers.

Convaincu ? Alors, n’hésitez pas à demander à votre commune ou votre entreprise de changer ses pratiques d’entretien et relevez le défi de concevoir un jardin qui accueille votre famille élargie … à la nature. Voici quelques sources d’informations pour vous y aider.

Pour en savoir plus :

www.gestiondifferenciee.be

www.pesticide.be

Jardin nature

Ne désherbons plus, « enherbons »

Dossier de l’écologiste dec-mars 2007 : Un monde sans pesticide

Semaine sans pesticide en France

Inter-Environnement Wallonie

La voix du mouvement environnemental