Le RER c’est bien, penser la mobilité plus loin, c’est mieux.

Pas de doute que la mise en place d’un RER rencontre des avis positifs de la part des associations d’environnement.
Mais il faut être prudent. Même si le RER offre une alternative à la voiture, améliore le cadre de vie et la qualité de l’environnement, sa réalisation doit impérativement être accompagnée de dispositions pour contrer

 ses effets pervers « macro » comme la désurbanisation et donc l’appauvrissement de la Région de Bruxelles Capitale et

 ses effets pervers « micro » comme l’engorgement des villes-RER par les voitures de navetteurs venus rejoindre les gares.

Au Fédéral et aux trois Régions traversées par la ligne de se responsabiliser donc. Pensons à l’aménagement des gares et à l’amélioration de l’accueil de la clientèle. Pensons aussi aux usagers qui accèderont à la gare autrement qu’en voiture, et encourageons les à le faire ! Clients du TEC, cyclistes, piétons, utilisateurs du train de correspondance… sans négliger les personnes à mobilité réduite. Pensons à des aménagements pour cyclistes, à des navettes de bus régulières vers les gares, à des mesures fiscales dissuasives pour les automobilistes convaincus et des politiques de stationnement volontaristes. Pensons aussi – et dès à présent – à un comité de suivi régional qui assure la cohérence des mesures à prendre en terme de mobilité et de développement territorial.

Consultez notre avis sur la ligne 124 (Nivelles / Uccle)
Consultez notre avis sur la ligne 161 (Watermael Boisfort / Ottignies Louvain-La-Neuve)

Alain Geerts

Communication & Mobilité