Les Europarlementaires laissent l’environnement et les consommateurs sous la menace des biocides

Les Europarlementaires laissent   l’environnement et les consommateurs sous la menace des biocides

Les parlementaires européens ont adopté ce mercredi les orientations d’une nouvelle règlementation relative à l’autorisation et à la vente des produits biocides ménagers et professionnels. Pour le mouvement environnemental (Fédération Inter-Environnement Wallonie, Pesticides Action Network (PAN), Health and Environment Alliance (HEAL), European Environmental Bureau (BEE), Health Care Without Harm et Women in Europe for a Common
Future (WECF)) le vote de ce jour est inacceptable car les dispositions arrêtées
sont largement en-deçà de celles prévues dans le cadre de REACH et du règlement pesticides. Pour les ONG, les Europarlementaires autorisent ainsi de facto une expérimentation grandeur nature sur les consommateurs et l’environnement !

A l’heure actuelle, plus de 50.000 produits biocides se trouvent sur le marché en
Europe alors que les risques qu’ils font peser sur les consommateurs et
l’environnement n’ont toujours pas été évalués de manière satisfaisante.

De nombreux experts et scientifiques comme le College Ramazzini, association
internationale de scientifiques, demandent une réduction d’utilisation de ces
substances dangereuses. En première lecture, les Europarlementaires avaient
eux-mêmes insisté sur le fait que les biocides commercialisés ne doivent pas avoir
d’effets nuisibles sur la santé humaine, et plus particulièrement sur celle de
groupes vulnérables (enfants, femmes enceintes,.).

Or, les résultats du vote intervenu ce mercredi vont totalement à l’encontre du
principe de précaution. Plutôt que de veiller à combler les lacunes de l’actuel
système d’autorisation, la nouvelle réglementation va les perpétuer et permettre aux industriels de continuer à mettre sur le marché des produits dont les effets sur les enfants mais aussi les femmes enceintes ou les écosystèmes aquatiques sont insuffisamment testés et évalués. Les dispositions pour l’étiquetage des tapis et vêtements traités avec des biocides apparaissent ainsi nettement en recul par
rapport à la proposition initiale de la Commission. Pire : le Parlement a accordé
une mise sur le marché plus facile et plus rapide pour les insecticides, les
produits de préservation du bois et les désinfectants.

Pour les associations de protection de l’environnement, les mesures adoptées sont inacceptables car totalement insuffisantes au regard des menaces que ces produits font peser sur la santé des consommateurs et sur l’environnement. Les associations pressent donc les ministres européens de l’environnement de toute mettre en oeuvre pour remédier à cette situation.

Inter-Environnement Wallonie

La voix du mouvement environnemental