Les petites gares en bonne voie grâce à vos voix !

Namur, le 12 Janvier 2005

Communiqué de presse

Rail – petites gares

Les petites gares en bonne voie grâce à vos voix !

Inter Environnement remercie les citoyens signataires de sa pétition, remise au Ministre fédéral de la Mobilité le 20 décembre, qui avait récolté plus de 10.550 signatures ! Comme quoi, les politiques sont encore à l’écoute de leurs électeurs ! Ce mouvement a amené nos gouvernements à prendre position et à envisager le problème des petites gares d’un point d’un vue plus global que simplement une réorganisation interne au sein de la SNCB.

Inter Environnement Wallonie se réjouit des décisions du comité de direction de la SNCB concernant le maintien des guichets menacés de fermeture pour les six prochains mois. Cette décision complète la mesure lancée par le gouvernement wallon qui propose un cadre aux communes pour développer des projets autour des petites gares (centres multi-services).

Cependant tout n’est pas réglé. En effet, les communes sont-elles prêtes à jouer le jeu ? En o­nt-elles les moyens matériels et financiers ? Elles doivent répondre à un cahier descharges et engager un budget dans l’aventure. Le gouvernement wallon s’engage à couvrir jusqu’à 50% des coûts du projet initié par la commune avec un plafond d’enveloppe globale pour l’année 2005 de 1.250.000 ¤.

C’est une très bonne chose que le gouvernement wallon ait pris les devants, mais, les budgets semblent assez limités et il serait dommage de freiner l’élan de communes qui souhaitent assurer un devenir à leur petite gare. Car rappelons le, l’entretien et le développement de la petite gare permet d’assurer une qualité de vie du quartier dans lequel elle s’insère mais aussi et surtout… elle assure un attrait certain pour le rail en offrant un confort d’accès au réseau des transports en commun pour l’ensemble des wallons. Pour Inter Environnement Wallonie, il serait pertinent de prévoir des budgets « mobilité » afin de ne laisser aucune commune intéressée « sur le quai » faute de moyens.

Dans la même logique, les transports en commun comme le rail doivent être accessibles pour les wallons des villes… mais aussi pour les wallons des champs, qui, souvent, se retrouvent dans des communes où les finances sont plus fragiles… Ces communes rurales auront elles les moyens de se lancer dans un projet de la sorte ? La fracture risque de s’accentuer entre communes : accessibilité au train et confort à deux vitesses ? Inter environnement demande que des mesures soient prises pour soutenir les communes plus « pauvres » qui manifestent leur souhait de participer au maintien et au développement de leur petite gare. En tant que service public, le chemin de fer et son confort d’accès doit être assuré pour tous car il participe à une meilleure qualité de vie et au développement d’une mobilité plus durable.

Renseignements :

Véronique Paternostre, Chargée de mission

Inter-Environnement Wallonie

Boulevard du Nord, 6 – 5000 NAMUR

Tél: 081.25.52.80

GSM : 0479-497.656

Email: iew@iewonline.be – Site : http://www.iewonline.be

Alain Geerts

Communication & Mobilité