« Mettez le silence en ½uvreS »

« Mettez le silence en ½uvreS »

Le silence existe-t-il ? Non : le bruit est partout. C’est la première nuisance environnementale évoquée par le citoyen. Et il provient principalement du trafic routier omniprésent et en croissance continue.

Le bruit agresse et blesse

Le bruit affecte considérablement la qualité de vie en gênant les activités quotidiennes des individus que ce soit à l’école, au travail ou lors des loisirs. Aujourd’hui, presque un européen sur trois souffre du bruit de la circulation routière. A Bruxelles 73% de Bruxellois reconnaissent le bruit comme une des nuisances environnementales les plus gênantes et plus de 50% des plaintes introduites auprès des services d’inspection de l’IBGE concernent le bruit.
Le bruit est, par définition, un son indésirable. La gêne ressentie du fait d’un bruit dépend de la sensibilité des personnes. Certains seuils, cependant, ont pu être définis : début des interférences du sommeil à 45 dB (décibels), seuil du danger, obligation de crier pour se faire entendre à 90 dB – seuil de douleur, dommages auditifs à 120 dB.
Le bruit est vécu par l’organisme comme une agression. C’est un facteur de stress: il a des conséquences directes sur notre santé tant au niveau psychologique que physiologique. Les principaux risques pour la santé, identifiés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), sont : douleur et fatigue auditive, altération de l’ouïe incluant des acouphènes, interférences avec le comportement social (agressivité, crainte, manque de confiance en soi), interférence avec la communication verbale, troubles du sommeil et leurs conséquences sur le long et court terme, effets cardiovasculaires, augmentation du taux d’hormones du stress et leurs possibles conséquences sur le métabolisme humain et sur le système immunitaire et enfin, diminution de la performance à l’école et au travail. Excusez du peu.

La route pollue sur tous les plans

Le transport routier est en croissance continue en Belgique. La densité de notre réseau routier est la plus élevée d’Europe avec plus de 14,5 km de route pour 1000 habitants. Et chaque jour, l’ensemble des belges parcourent en voiture particulière un total de 210 millions de km en voiture. Cette quantité augmente de 3% chaque année.
Les bruits provoqués le transport routier proviennent de deux sources principalement. En-dessous de 50 km/h, le bruit dominant provient des moteurs (ce sont des bruits mécaniques). Au-dessus de cette vitesse, le bruit provient principalement du roulement du véhicule sur le revêtement de la route. Le volume du trafic routier a bien entendu des conséquences directes en terme de niveau sonore mais également de continuité ou persistance du bruit. C’est cette omniprésence qui rend le bruit du transport routier insidieux.

Le MET traite les points noirs…

En Région wallonne, 360 « points noirs bruit » sont diagnostiqués. Cette liste est réalisée sur base des plaintes de riverains et de demandes des communes, plaintes qui sont ensuite objectivées par le Ministère de l’équipement et des transports (MET). Sur base d’un indice comparatif d’exposition au bruit, les priorités d’action (protection acoustique) sont hiérarchisées. Le MET traite environ 20 points noirs chaque année en fonction de ses budgets.

Directive européenne et retard wallon

La Directive européenne 2002/49/CE relative à l’évaluation et à la gestion du bruit dans l’environnement oblige les Etats membres à établir une cartographie du bruit d’abord au niveau des grandes agglomérations (> 250.000 habitants ; soit Charleroi et Liège en Région wallonne[[AGW passé en seconde lecture le 13 septembre 2007 définissant et délimitant les agglomérations et infrastructures devant faire l’objet de cartographies acoustiques]]) et dans un deuxième temps au niveau des villes de plus de 100.000 habitants. Cette cartographie doit considérer les infrastructures routières, lignes ferroviaires et aéroports. Dans un deuxième temps, des plans d’action devront être adoptés pour prévenir et réduire les nuisances sonores cartographiées.
La Région wallonne est en retard : la cartographie des grandes agglomérations devait être finalisée pour le 30 juin 2007 ; les plans d’actions correspondant devront être adoptés d’ici juillet 2008. Notre fédération, dans le cadre de sa campagne « Apprécions le silence et partageons-le ! » souhaite sensibiliser les citoyens à cette problématique, les mobiliser pour qu’ils participent tant au niveau du diagnostic que de la proposition d’actions concrètes en vue de réduire effectivement cette gêne omniprésente, invasive et néfaste pour la santé.
La qualité de l’environnement, c’est aussi vivre sans être agressé par le bruit.

Plus d’infos sur le concours

Laissez libre cours à votre esprit créatif, réalisez une ½uvre visuelle (photo, dessin, vidéo…) ou sonore autour du thème « Bruit et silence » et vous gagnerez peut-être un A/R Bruxelles-Nice en TGV pour 2 personnes !

Concours ouvert à tous. Plus que la qualité technique, c’est l’originalité de la création et le degré d’étonnement du jury qui feront la différence.

Date limite de participation : le 22 novembre 2007

Sur le portail santé-environnement d’IEW

Inter-Environnement Wallonie

La voix du mouvement environnemental