Non au braconnage législatif !

Non au braconnage législatif !

Les représentants du monde de la chasse ont récemment interpellé le Ministre Di Antonio sur le contenu de deux avant-projets d’Arrêtés relatifs, d’une part, aux plans de tirs du cerf et, d’autre part, au modalités d’agrément et de fonctionnement des Conseils cynégétiques. La Fédération Inter-Environnement Wallonie regrette et condamne ces interventions qui visent, in fine, à retarder voire paralyser la réforme de la chasse initiée par le Ministre conformément à la Déclaration de Politique Régionale.

Le discours des chasseurs sur l’évolution des Conseils cynégétiques est particulièrement révélateur de leur schizophrénie et, par-delà, de leur incapacité à élargir leur vision et s’ouvrir au dialogue avec tous les acteurs de la ruralité en vue d’assurer la gestion équilibrée des milieux naturels.
Ainsi, alors qu’ils soulignent l’importance de renforcer la démocratie et la transparence de ces conseils, ils réclament dans le même temps le maintien des textes actuels. Ils expriment par ailleurs leur crainte de devenir de simples exécutants d’une « administration omnipotente » alors que l’avant-projet d’Arrêté prévoit tout à la fois des lieux de concertation plus larges et une voie de recours auprès du Ministre éclairé de l’avis de tous les acteurs de la ruralité, en ce compris les chasseurs et l’administration. Comprenne qui pourra… Ou plutôt, on comprend trop bien la stratégie à l’œuvre ici. Sous prétexte de « prendre le temps » afin de revoir les textes en vue de les aménager « dans un esprit de convergence commune », les représentants du monde de la chasse jouent la montre, espérant le statu-quo et le report à la prochaine législature.

Pour Inter-Environnement Wallonie, cette attitude apparaît d’autant plus inaceptable que les avant-projets d’Arrêtés aujourd’hui sur la table reprennent pour l’essentiel les accords issus du « Forum Chasse » regroupant chasseurs et acteurs de la ruralité mis en place sous l’égide de Benoît Lutgen, prédécesseur du Ministre Di Antonio.

S’il est légitime qu’un lobby défende les intérêts qu’il représente, il est aussi démocratiquement indispensable qu’il puisse entendre et prendre en compte les revendications légitimes des autres parties afin d’arriver à un accord servant le bien commun. En l’occurence, le monde de la chasse a bénéficié de l’écoute attentive et bienveillante de son Ministre de tutelle. Il serait dès lors à son honneur de renoncer à un braconnage législatif qui n’a d’autre fin que de faire primer le bénéfice particulier sur l’intérêt général.

IEW a adressé ce jour aux députés wallons un courrier officiel rappelant ces principes et les encourageant à soutenir le travail en cours sans laisser les manœuvres de quelques-uns compromettre une réforme indispensable et souhaitée par la majorité des acteurs concernés.