Zéro déchet
Gaëlle Warnant

Déchets et circularité : ça bouge !

Mouvement « Zéro Déchet », chasse aux plastiques devenus indésirables, circularité des matières…Une effervescence autour de la question des déchets, de la

Zéro déchet
Karine Thollier

Plastiques : recyclables mais pas recyclés

La Commission Européenne s’intéresse de près aux plastiques, en organisant une consultation européenne suite à la parution d’un Livre vert

Énergie
Karine Thollier

33 ans minimum pour amortir vos « portables » !

Une étude menée par l’Öko Institut pour le compte de l’Agence Fédérale de l’Environnement allemande a récemment été publiée[Öko-Institut/Fraunhofer Institute

Société
Pauline de Wouters

La crise belge analysée sous l’angle de la stratégie du choc

La finance n’a jamais autant gouverné le monde. En atteste notamment le comportement des agences de notation, toutes à l’affût de la moindre “faiblesse économique” d’un pays et dictant à tour de bras des cures d’austérité dont les impacts sociaux et environnementaux s(er)ont graves. Le citoyen lambda semble l’accepter sans broncher. Certes, on observe quelques mouvements de grogne du côté de certaines ONG, de la gauche radicale ou d’organisations syndicales. Néanmoins, la tendance générale est à l’acceptation aveugle. Ce type d’acceptation n’est pourtant pas anodin. Il serait guidé par ce que Naomi Klein appelle la “Stratégie du choc”. Explication…

Zéro déchet
Karine Thollier

Ecran de fumée (de papier) à Givet

Le projet de “valorisation de biomasse” à Givet fait parler de lui depuis déjà longtemps, mais c’est seulement depuis le

Énergie
Pauline de Wouters

Taxe carbone : la Fédération sort sa position

La Fédération a élaboré une position relative à la “taxe carbone”. Elle invite le futur gouvernement fédéral à faire de celle-ci un pilier d’une réforme de la fiscalité énergétique qui devrait également passer par la suppression des subsides alloués aux sources d’énergie non renouvelables. Une démarche souhaitable et bénéfique non seulement d’un point de vue environnemental mais aussi aux niveaux social et économique.

Alimentation
Pauline de Wouters

La fat-tax danoise : gadget ou outil fiscal efficace ?

À peine entrée en vigueur au Danemark, la taxe sur la malbouffe suscite déjà des vagues. Au Danemark même où les consommateurs se sont rués à leur supermarché qu’ils ont dévalisé en vue d’anticiper la taxe sur les graisses et où la Confédération danoise des industries qualifie cette disposition fiscale de cauchemar administratif. En Belgique, l’idée d’une telle taxe ne semble pas faire l’unanimité. Pourtant, avec 300 millions de personnes en surpoids dans le monde (et un Belge sur deux est obèse ou en surpoids), il semble de plus en plus urgent de mettre en place une politique ambitieuse en matière de lutte et prévention de surpoids et l’obésité, au sein de laquelle la taxe sur les graisses, par ailleurs encouragée par l’OMS depuis 2003, devrait sérieusement être considérée. Néanmoins, l’outil fiscal ne pourra se suffire à lui-même pour lutter contre ce fléau du XXIème siècle. Il devra au contraire s’inscrire dans une politique plus vaste intégrant à la fois outils coercitifs (étiquetage, …), outils fiscaux et mesures d’accompagnement.

Société
Valérie Xhonneux

Ressources naturelles : l’Europe s’inquiète…

Ce 20 septembre, la Commission européenne a publié sa feuille de route pour une Europe efficace dans l’utilisation durable des ressources. Objectif : transformer l’économie européenne en une économie efficace en terme de ressources. Mais, s’il n’est pas suivi d’instruments règlementaires effectifs, ce document risque de ne rester qu’une liste de bonnes intentions. Par ailleurs, si cette économie efficace se fait sur le dos des pays du Sud disposant des ressources en question, le terme « durable » sera totalement galvaudé. Explication.

L’OCDE critique la politique fiscale belge

Une étude économique de l’OCDE concernant la Belgique vient tout juste de paraître (juillet 2011). L’organisation internationale y tance sévèrement notre pays en pointant sa politique environnementale, et plus singulièrement son recours aux outils fiscaux, beaucoup trop timide et ne permettant pas de traiter les externalités négatives imputables aux comportements polluants. Ainsi, «les externalités négatives dues aux transports devraient être traitées à l’aide de taxes sur les carburants, de péages routiers et de redevances de congestion, tandis qu’il conviendrait de moins favoriser les déplacements quotidiens et l’utilisation de voitures de société.»

Zéro déchet
Pauline de Wouters

Nos propositions pour une fiscalité verte

Les quatre fédérations environnementales belges (Inter-Environnement Wallonie, le Bond Beter Leefmilieu, le Brusselse Raad voor het Leefmilieu et Inter-Environnement Bruxelles) ont mis leurs expertises en commun et réalisé un important travail d’analyse et de prospective qui a débouché sur onze propositions concrètes visant à verdir la fiscalité de notre pays. La mise en ½uvre de ces mesures devrait non seulement générer des recettes supplémentaires mais aussi et surtout permettre d’amorcer la nécessaire transition économique répondant aux enjeux du changement climatique et à la raréfaction des matières premières. Elle devrait par ailleurs générer une réduction de coûts importants et souvent négligés dans l’évaluation des recettes et dépenses publiques, par exemple en matière de santé publique.

Zéro déchet
Pauline de Wouters

La politique fiscale belge profite aux riches…

“L’impôt et la politique fiscale en Belgique”, tel est l’intitulé du dernier ouvrage que Christian Valenduc, conseiller général au service d’étude du SPF Finances, et d’André Decoster, professeur d’économie à la KULeuven viennent de publier. Leur analyse économique des questions de politique fiscale, vise à éclairer les choix politiques en la matière. Ils pointent notamment l’altération de la progressivité de notre système fiscal. Points saillants de l’ouvrage.

Santé
Pauline de Wouters

La Hongrie taxe la malbouffe

Partout,en ces temps d’austérité, l’heure est à la chasse au gaspi. Certains s’y risquent même à inventer de nouvelles taxes en vue de renflouer quelque peu les maigres caisses étatiques. C’est notamment le cas de la Hongrie qui vient de lancer une taxe sur les aliments trop sucrés ou trop salés. Objectif ? Officiellement, lutter contre l’obésité. Mais les mauvaises langues diront que l’objectif caché est budgétaire, la Hongrie faisant face à d’importants déficits publics.

Zéro déchet
Karine Thollier

Une consigne pour les canettes, vite !!

Le gouvernement wallon, nous le tenons de source sûre, prend le temps de la réflexion sur la potentielle instauration d’un

Énergie
Pauline de Wouters

Europe – Révision en demi-teintes de la fiscalité énergétique

Priée de revoir sa copie, la Commission européenne revient à la charge avec une nouvelle proposition de taxe carbone. Celle-ci a été présentée ce mercredi 13 avril.
Cette nouvelle proposition va incontestablement dans la bonne direction mais n’est néanmoins pas dénuée de failles, à même de nuire à l’efficacité même de la taxe.

Mobilité
Pierre Titeux

231 millions d’euros, le coût de la vertu subsidiée

L’Etat fédéral a attribué l’an dernier pour 231 millions d’euros de primes et de réductions aux acheteurs de voitures propres, une manne qui a sextuplé en trois ans, a indiqué le secrétaire d’Etat à la Fiscalité environnementale, Bernard Clerfayt, lors de sa réponse à une question parlementaire.

Société
Pauline de Wouters

Taxer le luxe pour freiner la cupidité ?

Alors que la surconsommation, alimentée notamment par la succession de fêtes commerciales (dont la dernière en date, la Saint Valentin), reste le comportement économique modèle de nos économies capitalistes, l’économiste américain Robert H. Franck vient de publier un ouvrage intitulé «La course au luxe : l’économie de la cupidité et la psychologie du bonheur». Qu’entend-il par là? Et en quoi cela peut nous être utile dans notre réflexion sur notre probablement difficile avenir?

Fermer le menu