Nouvelles du marché des certificats verts

La Cwape, gendarme des marchés wallons de l’énergie, vient de remettre son rapport 2005 sur l’évolution du marché des certificats verts. En voici les quelques enseignements.

Première bonne nouvelle, quoique restant à confirmer
En 2005, les fournitures d’électricité déclarées par les différents fournisseurs s’élèvent à 23.341 milliards de kWh [[Pour rappel, la consommation des ménages s’élève à 6 milliards de kWh et la consommation des grands consommateurs industriels à plus de 8 milliards de kWh. Tandis qu’un kWh correspond à l’énergie qu’un homme est capable de produire en une rude journée de travail intense.]]contre 23.628 milliards en 2004. Alors que les consommations d’électricité n’ont jamais cessé d’augmenter [[Voir annuaire statistique de la FPE
]]et que les prévisions tablent généralement sur une croissance annuelle de plus d’1% : les consommations auraient donc évolué dans des proportions inverses ! Bonne nouvelle pour l’environnement donc, si les déclarations des fournisseurs, dont dépendent le nombre de certificats verts, s’avèrent exactes.

Deuxième constat : le marché manque de liquidités
Plusieurs projets (éolien et biomasse) ont tardé à se concrétiser, tandis que la pluviométrie et les débits consécutifs de nos rivières ont limité la production des centrales hydrauliques, en chute continuelle depuis 2002. Le nombre de certificats verts octroyés aux producteurs verts a donc été, contrairement au prévisions de la Cwape, largement inférieur au nombre de certificats exigés des fournisseurs d’électricité. Cette différence, déjà constatée les années précédentes, est stimulante pour le développement de l’électricité verte. En effet, elle maintient des prix élevés [[A plus de 92 euros le certificat, à comparer avec les 100 euros d’amendes que les fournisseurs sont tenu de payer pour non respect de leur quota et avec les 65 euros de prix garanti dont peuvent bénéficier les producteurs.
]]et encourage donc le secteur à monter de nouveaux projets.
Cette relative pénurie de certificats a contraint les fournisseurs à puiser dans leurs éventuels stocks [[Un certificat est valable 5 ans.
]] et/ou à payer les amendes requises dont le montant total est en augmentation : 13 millions d’euros viendront renflouer les caisses du fonds énergie [[Outre les amendes, ce fonds est structurellement financé par une « redevance de raccordement » dont chacun s’acquitte au pro rata de ses consommations, ce qui permet des rentrées fixes d’environ 13 millions d’euros.
]], laissant quelques perspectives à la politique des fameuses et bien utiles primes « énergie » dont bénéficient les particuliers et les personnes morales dont syndic d’immeubles, logements sociaux, écoles, …

Et perspectives…
Mais cette situation ne devrait plus durer. Pour peu que la centrale des Awirs [[Ancienne centrale au charbon reconvertie à la biomasse depuis fin 2005 et qui devrait se voir attribuer un quart de l’ensemble des certificats émis.
]] fonctionne correctement, le nombre de certificats à octroyer en 2006 pourrait bien être supérieur aux quotas exigés. Et la Cwape estime que cette tendance devrait s’accentuer dans les années qui viennent. Ce qui rend clairement, en l’absence de quota ambitieux, les mesures d’efficience [[Annoncées par le Ministre de l’énergie André Antoine, ces mesures visent essentiellement de limiter l’octroi de certificats verts aux installations qui ne sont déjà amorties. Réservés aux nouvelles installations qui en ont besoin pour être rentables, les certificats verts contribuent ainsi au réel développement des filières d’électricité verte.
]] du marché des certificats verts indispensables à son bon fonctionnement. On peut néanmoins d’ores et déjà affirmer que le système des certificats verts ne permettra pas, à lui seul, d’atteindre les objectifs d’électricité verte [[Et de cogénération en particulier.
]] que la Région s’est fixé dans son Plan wallon pour la maîtrise durable de l’énergie. Alors que celui-ci avance un objectif de 23%, le niveau de quota exigé ne permettra, en l’absence de toute nouvelle mesure, d’atteindre que 13%[[Voir sur www.cwape.be la proposition sur les nouveaux quotas applicables à partir du 1er janvier 2008.

]].

Voir le rapport de la cwape sur http://www.cwape.be/servlet/Repository?IDR=4431
Voir aussi, du même auteur, Electricité : Antoine tente de « booster » les certificats verts: http://www.n-iew-s.be/article.php3?id_secteur=1&id_rubrique=6&id_article=87

(9) Voir sur www.cwape.be la proposition sur les nouveaux quotas applicables à partir du 1er janvier 2008.

Inter-Environnement Wallonie

La voix du mouvement environnemental