On n’éteint pas un incendie avec un verre d’eau!

La Belgique épinglée pour le non-respect de ses engagements de Kyoto

Dans un rapport rendu public ce vendredi, l’Agence Européenne de l’Environnement constate que la Belgique ne respectera pas ses engagements pris dans le cadre du Protocole de Kyoto. Malheureusement, ce constat ne fait que confirmer les craintes exprimées depuis longtemps par les environnementalistes face à la faiblesse des mesures activées par les pouvoirs publics pour lutter contre le réchauffement climatique.

Inter-Environnement Wallonie, fédération regroupant plus de 140 associations, demande donc une fois de plus aux gouvernements fédéral et régionaux de cesser de fuir leurs responsabilités et de mettre en ½uvre sans plus attendre les politiques radicales que la situation exige.

Dans le cadre du Protocole de Kyoto, la Belgique s’est engagée à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 7,5% en moyenne annuelle entre 2008 et 2012. Selon le rapport dévoilé aujourd’hui par l’Agence Européenne de l’Environnement, cet objectif ne sera pas atteint, la réduction moyenne annuelle devant se situer tout au plus à 6,6% sur la période 2008-2010. Par-delà ce constat d’échec, un autre élément du rapport de l’AEE apparaît accablant pour la Belgique : l’essentiel de ce résultat, soit 5,8%, sera en effet obtenu non par des mesures effectives de réductions sur notre territoire mais via les mécanismes de flexibilité prévus dans le Protocole (achats de crédits CO2 et financement de projets à l’étranger). Cette externalisation de l’effort constitue une fuite de responsabilités préjudiciable à la compétitivité de notre économie en ce qu’elle freine à la fois le développement de technologies propres et la conquête de notre indépendance énergétique.

Dans son discours de politique générale du 17 octobre dernier, Guy Verhofstadt a dit l’impact qu’avait eu sur lui «Une vérité qui dérange », le film d’Al Gore mettant en exergue l’ampleur du réchauffement climatique en cours et la gravité de ses conséquences environnementales, mais aussi économiques, sociales et humaines. Le premier ministre avait alors déclaré : « Nous pouvons toutefois prévenir ces désastres. Ce n’est pas une fatalité. A une seule condition : que nous réduisions drastiquement nos émissions de CO2. Nous devons prendre au sérieux le message d’Al Gore. Notre plan Kyoto est un pas dans la bonne direction, mais de nouveaux instruments s’avèrent nécessaires. (…) » Dans la foulée, il annonçait la création d’une taxe sur les emballages (!) dont on ne sait si elle deviendra un jour réalité mais dont on est par contre d’ores et déjà certain que les effets dans la lutte contre le réchauffement climatique sont proches de zéro. Et l’AEE démontre aujourd’hui que le « pas dans la bonne direction » tient plus du saut de puce que du pas de géant…

Au Sommet de la Terre de Johannesburg, en 2002, Jacques Chirac avait eu une image forte pour résumer l’état de la planète: « La maison brûle ! ». Tout se passe malheureusement comme si nos décideurs espéraient arrêter l’incendie en y jetant quelques verres d’eau…

La Belgique figure au rang des plus grands émetteurs de CO2 par habitant de la planète. Les experts s’accordent aujourd’hui pour dire qu’une lutte efficace contre le réchauffement climatique devra passer par une réduction de ces émissions de 80% à l’horizon 2050… Il n’est donc plus temps d’attendre mais il faut au contraire mettre en ½uvre des politiques volontaristes affichant des objectifs ambitieux.

Pour Inter-Environnement Wallonie, ces politiques passeront par des plans d’allocations d’émissions aux entreprises revus à la baisse (la Commission européenne s’apprête d’ailleurs à épingler – une fois de plus…- la Belgique pour ses Plans 2008-2012 jugés insatisfaisants). Mais elles devront aussi impérativement passer par la mise en place d’alternatives au transport routier – responsable à lui seul de 30% des émissions de CO2 – et le développement de la performance énergétique des bâtiments.


Contacts :

 Pierre Titeux, Attaché de presse : 081.255.284 – 0479.497.656 – p.titeux@iewonline.be

 Mikaël Angé, Chargé de mission Energie et Climat : 0496.128.022