Plainte déposée contre la S.A. Val de WannePlainte déposée à la Commission Européenne contre la S.A. Val de Wanne

Au vu des nombreuses violations du droit communautaire, IEW, Natagora et Louk’a ti ont déposé ensemble une plainte à la Commission Européenne en date du 12 avril 2005 concernant la piste de ski d’Aisomont à Trois-Ponts.

Cette année, Inter-Environnement Wallonie a décerné le Chardon de l’Environnement 2005 à la S.A. Val de Wanne. Cette société, qui a pris le nom de la piste de ski d’Aisomont à Trois-Ponts, a défrayé la chronique judiciaire de cet hiver en réalisant des travaux sans permis préalable. Il s’agissait de l’installation de 12 canons à neige, 4 silos à eau (diamètre de 25 et de 20 mètres) d’une capacité globale estimée à 7.500 m³, un trou de captage d’eau dans le Ruy du Bouyen (cours d’eau formant la limite du site Natura 2000 de la Vallée de l’Amblève entre Wanne et Coo), 5 remonte-pentes supplémentaires et de l’aménagement d’une aire de staionnement de 1.200 places sur les prairies contiguës situées en zone agricole.

Pour rappel, dans son ordonnance du 3 février 2005, le Juge des référés du Tribunal de 1ère instance de Verviers ordonnait la cessation de l’utilisation des installations avec une astreinte de 50.000 ¤ par infraction constatée, mais à partir du 14 mars 2005 seulement.

Depuis lors, les installations sont restées en place et une procédure de régularisation qui englobe également l’installation d’un système de réfrigération de la piste est en cours.

La S.A. Val de Wanne vient d’assigner en justice Louk’a ti et les membres de l’association, soit 18 personnes, au paiement de 700.000 ¤ à titre de dommages et intérêts, les désignant responsables du manque à gagner de la non exploitation de la piste durant les 14 jours du procès en référé. Et ce, pour rappel, alors même que l’ordre de cesser les travaux émanait du Bourgmestre, qu’elle était sous le coup d’une interdiction d’exploiter de la Police de l’Environnement de Liège et qu’en dépit de l’ordonnance du juge des référés, elle n’a toujours pas démantelé ses installations!

Ainsi, au vu des nombreuses violations du droit communautaire (directives « habitats » «évaluation des incidences sur l’environnement »), Inter-Environnement Wallonie, Natagora et Louk’a ti ont déposé ensemble une plainte à la Commission Européenne en date du 12 avril 2005.

Inter-Environnement Wallonie

La voix du mouvement environnemental