Plan de réduction des densités de grands gibiers : un dernier effort !

Plan de réduction des densités de grands gibiers : un dernier effort !

En juillet 2012, le Ministre Di Antonio présentait au Parlement le plan de réduction des densités de grands gibiers adopté par le Gouvernement et la majorité des 25 mesures de ce plan furent mises en œuvre sans délais. Inter-Environnement Wallonie salue ce travail.
La fédération environnementale constate toutefois qu’il manque toujours la « clé de voûte » permettant de faire aboutir cet important chantier de la législature : doter la Région des moyens réellement contraignants pour faire réaliser ses plans de tirs aux cervidés. Ainsi, cette année encore, 10 % des plans de tir aux « non-boisés » n’ont pas été réalisés car les sanctions n’ont rien de dissuasives pour nombres de chasseurs. IEW appelle donc le Ministre à adopter sans délai la révision de l’Arrêté relatif aux plans de tirs qui comblera les lacunes actuelles.

La surpopulation de cervidés dans nos forêts est à l’origine d’un préjudice important en termes de biodiversité et de capacité de production de bois de qualité. Cette situation a pris une telle ampleur qu’elle est devenue depuis quelques années un des problèmes cruciaux de la forêt wallonne (voir l’avis du Conseil supérieur wallon des Forêts et de la Filière Bois et le plan de progrès du PEFC).

La gestion des cervidés est régulée par le biais de « plans de tir » établis par l’administration en large concertation avec les chasseurs. Ces plans de tir ont permis de juguler la croissance des populations depuis 2011 mais celles-ci restent encore deux fois plus importantes qu’elles ne l’étaient dans les années 80.
Les 10 % des plans de tirs non réalisés cette année cachent également des disparités régionales importantes et très problématiques. Étrangement, comme c’était déjà le cas dans la gestion des « points noirs » en sangliers, les manquements sont concentrés dans les conseils cynégétiques où les densités sont déjà les plus problématiques.

Certaines mesures du plan de réduction ont permis ou permettront d’améliorer le cadre général mais elles restent symboliques eu égard aux enjeux des territoires de chasse concernés. Conscient de la chose, le Ministre a soumis en novembre 2013 à l’avis du Conseil Supérieur Wallon de la Chasse de réelles solutions à travers une révision de l’arrêté relatif aux plans de tir. Il s’agissait de réduire les quotas de cerfs boisés (ce sont les trophées qui motivent les chasseurs) proportionnellement à la non réalisation flagrante des plans de tir et, arme ultime, de retirer aux territoires récalcitrants le droit de gérer seuls les populations de gibiers et d’assurer la réalisation du plan de tir par des tiers. Ces mesures sont simples et efficaces. Elles ont pourtant été rejetées par les chasseurs au terme d’une stratégie de long retardement de la remise d’avis.

Fin novembre 2013, le Conseil Supérieur Wallon des Forêts et de la Filière Bois tout à fait représentatif de l’ensemble des acteurs concernés par l’équilibre forêt – gibier remettait quant à lui un avis équilibré soutenant, dans leurs grandes lignes, les intentions du Ministre.

Inter-Environnement Wallonie appelle aujourd’hui le Ministre à ne plus tergiverser : il est essentiel d’apporter cette clé de voûte au plan de réduction des densités en introduisant dans l’arrêté « plan de tir » les moyens d’assurer une régulation dans les territoires de chasse encore récalcitrants.