Politique de l’eau en Wallonie

Namur, le 19 mars 2004

Communiqué de presse

Ce lundi 22 mars, journée mondiale de l’eau

IEW dresse un bilan mitigé de la politique de l’eau en Wallonie

Au cours de cette législature, la gestion de l’eau est devenue plus cohérente. Le paysage institutionnel et réglementaire est en pleine évolution. Cependant, la touche environnementale fait parfois défaut, par exemple dans la nouvelle tarification de l’eau. Certaines mesures sont trop frileuses (gestion de nitrates…). D’autres, insuffisamment appliquées sur le terrain (protection des captages…).

La gestion des cours d’eau connaît trois avancées significatives

Des contrats de rivières plus nombreux – 60% de la Région est aujourd’hui couverte – permettent une meilleure concertation entre les multiples utilisateurs et gestionnaires des cours d’eau.

Lagestion se fait en fonction du bassin hydrographique et non des limites administratives.

Pour les cours d’eau navigables, il ne devrait y avoir plus qu’un seul gestionnaire, la Région, au lieu de trois actuellement : communes, provinces et Région.

Les eaux souterraines sont mieux protégées … sur le papier

L’eau du robinet provient principalement des ressources souterraines. Les captages publics commencent à être préservés grâce à la délimitation de périmètres de protection. Mais le suivi des mesures préconisées dans les périmètres de protection n’est pas suffisant.

Autre dossier : les nitrates. Leur concentration augmente encore dans les eaux souterraines. En cause, l’élevage intensif. L’arrêté « nitrate » ne va pas assez loin. La Commission européenne a décidé de porter l’arrêté wallon – et l’arrêté flamand par ailleurs – devant la Cour de Justice des Communautés européennes.

L’assainissement des eaux usées : en ville mais pas à la campagne…

Dans les grandes villes, la plupart des stations d’épuration sont enfin réalisées ou en voie de l’être. La planification des infrastructures devient plus transparente grâce aux PASH (plan d’assainissement par sous-bassin hydrographique) et grâce au programme d’investissement relatif aux infrastructures d’épuration.

Dans les zones rurales, au rythme actuel, il faudrait 300 ans pour atteindre 100% d’épuration. La voie de l’assainissement autonome – dite aussi « épuration individuelle » – est la bonne solution mais la Région ne débloque pas les moyens nécessaires à son développement.

Le principe du pollueur-payeurest malappliqué

Seul le milieu industriel est taxé proportionnellement à sa pollution. Le consommateur domestique paye au prorata de sa consommation d’eau et pas de la charge polluante. L’agriculteur, lui, contribue notoirement à la dégradation des eaux sans vraiment participer à la réparation des dégâts.

La nouvelle tarification de l’eau est décevante

Malgré les promesses du Contrat d’avenir pour la Wallonie, la nouvelle tarification ne protègera pas à terme les personnes disposant de faibles revenus. Vu le principe du prix – vérité, la facture doublera d’ici 2020. La nouvelle tarification n’incitera pas non plus à consommer rationnellement cette « chaque jour plus précieuse » ressource naturelle.

PLUIES, un bon plan pour lutter contre les inondations

Le plan PLUIES, Plan de lutte contre les inondations et contre leurs effets sur les sinistrés, a été adopté et est amélioré régulièrement par le Gouvernement wallon au cours de la législature. Il constitue une petite révolution dans la manière de gérer les soubresauts dévastateurs des cours d’eau. L’ère de la prévention et de la concertation a débuté. IEW demandait cela depuis 15 ans.

Montée en puissance de la Société Publique de Gestion de l’Eau (SPGE)

La Division de l’Eau (DGRNE-Ministère de la Région wallonne) a perdu deux compétences – l’épuration collective et la protection des captages – au profit de la SPGE. Cette dernière, malgré un retard sur le programme annoncé, a bien avancé dans ses nouvelles missions. IEW regrette cependant le maintien du secteur privé qui détient 26% du capital de la SPGE alors que se développe en Europe une tendance lourde vers la privatisation.

Renseignements :

Frédéric SOETE : GSM 0477 495 418

Inter-Environnement Wallonie

Boulevard du Nord, 6 – 5000 NAMUR

Tél: 081.25.52.80

Email: iew@iewonline.be

Site : http://www.iewonline.be

Pour imprimer cette page, cliquez ici.
N’avez-vous pas oublié de remettre votre papier recyclé dans l’imprimante ?

Inter-Environnement Wallonie

La voix du mouvement environnemental