Position d’IEW sur les agrocarburants

Position d’IEW sur les agrocarburants

La fédération constate qu’à l’échelle globale, le développement massif actuel des cultures énergétiques destinées à la production d’agrocarburants engendre une intensification de la liaison entre enjeux alimentaires et énergétiques, en raison notamment de la concurrence observée entre ces deux usages de par la limitation des surfaces disponibles. Cela comporte des risques importants dans un contexte de tension sur les marchés alimentaires, de hausse structurelle des prix de l’énergie, et de nécessité de réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre. Par ailleurs, de nombreuses filières de production d’agrocarburants induisent des effets sociaux et environnementaux néfastes importants, en particulier dans les pays du Sud.

Dans ces circonstances, IEW estime que le recours aux agrocarburants* ne peut affecter notre autosuffisance alimentaire, déjà très fragile au niveau européen. La fédération considère dès lors que la biomasse ne pourra jouer un rôle significatif dans notre approvisionnement en énergie que dans un contexte de sobriété énergétique. Une modification de nos habitudes alimentaires consistant en la substitution de protéines animales par des protéines végétales permettrait par ailleurs de réduire les émissions de GES du secteur agricole ainsi que les surfaces agricoles nécessaires pour subvenir à nos besoins alimentaires. Autant de surfaces qui pourraient être utilisée à des fins énergétiques sans accentuer la compétition dans l’usage des sols.

Il convient en outre d’utiliser prioritairement la biomasse dans les applications les plus efficaces. Il est donc préférable de recourir à cette source d’énergie lors de la production d’électricité et/ou de chaleur, avant de l’utiliser dans le secteur des transports.

Au vu des grandes disparités observées entre les différentes filières d’agrocarburants, la fédération plaide pour que soient développées les filières présentant les bénéfices les plus importants en termes d’émissions de gaz à effet de serre épargnées par hectare de culture et d’émissions de gaz à effet de serre épargnées par tonne équivalent pétrole, tout en tenant compte du coût sociétal de la tonne de CO2 évitée.

Enfin, la fédération plaide pour que l’objectif européen de porter la part des sources d’énergie renouvelables à 10% dans le secteur des transports d’ici 2020 (objectif qui sera dans une très large mesure grâce au recours aux agrocarburants) soit – au moins transitoirement – revu à la baisse, non-contraignant et conditionné au respect de critères de durabilité très stricts. Une telle politique pourrait alors être, éventuellement, réévaluée à la lumière de nouvelles connaissances quant à ses répercutions exactes.

Téléchargez le texte intégral de la position d’IEW.

* Le terme biocarburant pouvant être associé à l’agriculture biologique, il nous semble plus opportun de souligner l’origine agricole de ces productions.

Inter-Environnement Wallonie

La voix du mouvement environnemental