Pour une croissance de qualité de l’éolien en Wallonie

Pour une croissance de qualité de l’éolien en Wallonie

La position « Recommandations pour un développement éolien durable en Wallonie » a été adoptée en décembre 2018 par la Fédération. Elle est le fruit d’un travail de fond mené avec les associations membres d’IEW qui se sont réunies à seize reprises « en conseil associatif » pour aborder les freins et les leviers au développement éolien. Ces réunions étaient aussi l’occasion de mieux connaître et comprendre leurs points de vue respectifs, parfois fort divergents. Et de construire sur cette base une position commune favorable à un développement de qualité de cette énergie renouvelable fondamentale pour sauver le climat. Présentation des principales recommandations.

Ce travail relatif à l’éolien fait suite à l’adoption de la position « Projections électriques pour la Wallonie à l’horizon 2030 » en novembre 2016. Pour l’énergie éolienne terrestre, cette position recommande de tendre vers une production de l’ordre de 8000 GWh en 2030 en Wallonie. A titre de comparaison, le nouvel objectif du gouvernement wallon, adopté dans le cadre de sa contribution au projet de Plan national énergie climat de juillet 2018, est de 4600 GWh en 2030.

La Fédération, consciente du défi que représente une telle croissance de l’éolien onshore dans les prochaines années, propose dans cette position un ensemble de recommandations à moyen et long terme qui visent à la fois à tendre vers cet objectif et à garantir un développement éolien de qualité, respectueux de l’environnement, de la santé des riverains et des paysages. Ces recommandations répondent aux nombreux freins identifiés collectivement par les associations.

Les principales recommandations aux autorités régionales développées dans la position sont les suivantes :

  • Développer une stratégie globale pour le développement éolien en Wallonie qui, consciente des nombreux freins auxquels les projets éoliens sont confrontés permette de tendre vers une production éolienne de 8000 GWh en 2030 ;
  • Mettre à jour et compléter les outils qui encadrent actuellement le développement éolien par une planification régionale au travers d’un décret éolien qui inclut les dispositifs suivants:
    • Une cartographie régionale des zones stratégiques d’exclusion (pour potentiel venteux insuffisant, raisons de sécurité, préservation de la biodiversité et des paysages) ;
    • Une cadre réglementaire pour l’implantation des éoliennes qui précise les contraintes locales d’implantation ;
    • Un découpage du territoire wallon en «zones d’intérêt éolien » et une procédure d’appel d’offres par zone qui permette de sélectionner les projets qui maximisent le potentiel éolien tout en minimisant les impacts sur la zone ;
  • Impliquer les communes lors de la rédaction du cahier des charges des « zones d’intérêt éolien » et les encourager à anticiper le développement éolien sur leur territoire ;
  • Elaborer et mettre en œuvre une large stratégie d’information et de participation des citoyens qui inclut (notamment) les actions suivantes:
    • Ajouter une réunion d’information du public relative aux résultats de l’étude d’incidences ;
    • Lancer une campagne de promotion des énergies renouvelables à l’initiative du Ministre de l’Energie ;
    • Créer un site d’information complet sur l’éolien à destination des citoyens ;
    • Former les médecins généralistes aux abords des parcs éoliens sur les impacts de l’éolien sur la santé ;
    • Mener des projets pilotes qui créent un dialogue régulier entre les parties prenantes tout au long du projet en se basant sur les expériences déjà réalisées ;
    • Inclure un critère sur le niveau de participation financière citoyenne et/ou communale dans la procédure d’appel d’offre par zone d’intérêt éolien
  • Assurer une prise en compte complète des impacts des projets éoliens :
    • Réaliser une évaluation ex ante des impacts de l’éolien à trois niveaux : le décret éolien au niveau régional, les zones d’intérêt éolien et les projets de parc éolien ;
    • Finaliser et adopter les documents de référence pour éviter, atténuer et compenser les impacts de l’éolien et associer les parties prenantes à l’élaboration de l’AGW qui précisera les modalités du « Fonds biodiversité » ;
    • Mettre en place un suivi rigoureux des impacts de l’éolien en matière de santé (recueil des plaintes alimentés par les médecins généralistes) et en matière de biodiversité (à l’instar du programme éolien et biodiversité en France).

Protection de la nature, promotion des énergies renouvelables, mise en œuvre de compensations environnementales, préservation des paysages et du cadre de vie, coopératives citoyennes d’énergie renouvelable, les associations membres de la Fédération sont un petit microcosme de la société wallonne. Le travail associatif réalisé est exemplaire en ce qu’il a réuni une variété de points de vue et d’expertises dans une dynamique d’intelligence collective au long cours pour mieux comprendre les multiples dimensions du développement éolien et formuler un ensemble de propositions concrètes pour relever le défi de la transition énergétique appliqué au secteur éolien. Une telle démarche d’intelligence collective gagnerait, bien entendu à être élargie à d’autres types d’acteurs pour affiner ces propositions.

Espérons que les responsables politiques puissent s’inspirer tant de la méthode que de son résultat !

Découvrez notre position : Recommandations pour un développement éolien durable en Wallonie

Cécile de Schoutheete

Développement durable & Énergie

Fermer le menu