Quand Melchior Wathelet confond les torchons et les serviettes…

Quand Melchior Wathelet confond les torchons et les serviettes…

Invité, ce vendredi, de « Matin Première » (RTBF), Melchior Wathelet, Secrétaire d’Etat à l’environnement, l’énergie et la mobilité a déclaré : «Le nombre de ventes de voitures en 2011 a été record. Pourtant, le volume de production de CO2 par le parc automobile a baissé de 7%. »
La Fédération Inter-Environnement Wallonie réfute fermement cette affirmation. M. Wathelet confond en effet les émissions du parc automobile et celles des voitures neuves vendues en 2011. Et c’est très loin d’être une nuance !

Sous la contrainte des normes environnementales et pour répondre à une demande boostée par des incitants fiscaux, le niveau moyen des émissions de CO2 des voitures neuves diminue d’année en année. Il a ainsi connu une réduction record de 7% entre 2010 et 2011. Concrètement, cela signifie que la moyenne des émissions de CO2 par kilomètre des voitures neuves vendues en 2011 était 7% inférieur à celle de 2010. On peut supposer que c’est à ce chiffre que Melchior Wathelet faisait référence dans sa déclaration matinale. Malheureusement, il y a loin entre cette performance des voitures neuves et celle du parc automobile dans son ensemble.

On a enregistré, en 2011, 572.211 immatriculations de voitures neuves.
On ne connaît pas encore le volume exact du parc automobile au 31 décembre 2011 mais on comptait, fin 2010, 5.279.110 voitures en circulation sur nos routes, un chiffre en augmentation permanente depuis 1990.
Selon M. Wathelet, l’amélioration des performances spécifique à 572.211 voitures neuves déterminerait donc intégralement celles des quelque 5.300.000 voitures en circulation !

Le raccourci du Secrétaire d’Etat équivaut à prendre en compte la perte de poids des 10% d’une population s’étant astreint à un régime puis considérer que l’ensemble de cette population a maigri d’autant ! Voilà une forme de raisonnement pour le moins étrange…

La réalité des émissions de CO2 du secteur automobile est malheureusement très éloignée de la vision qu’en a M. Wathelet. Si les chiffres relatifs à 2011 ne sont pas encore disponibles, l’évolution sur 20 ans démontre que, malgré des voitures de plus en plus « propres », ces émissions totales augmentent. Parce qu’il y a de plus en plus de voitures en circulation et qu’elles roulent de plus en plus de kilomètres par an.

Inter-Environnement Wallonie invite donc le Secrétaire d’Etat à l’environnement, à l’énergie et à la mobilité à ne pas se laisser aveugler par son constat que « ce qui est génial, c’est de voir cette adaptation du marché, qui propose des voitures de plus en plus propres » et à développer une mobilité durable tournant résolument le dos à l’auto-centrisme.

Inter-Environnement Wallonie

La voix du mouvement environnemental