Qui pour veiller sur votre quartier? Une Veilleuse, pardi!

Qui pour veiller sur votre quartier?  Une Veilleuse, pardi!

Un « concierge de quartier », voici comment se présente le concept de « Veilleuse de quartier », qui se développe depuis trois ans dans plusieurs coins du nord et de l’est de la France. A l’instar de la petite lumière bienveillante qui rassure et encadre, la Veilleuse de quartier a plus d’un atout pour soutenir et faire émerger quelques étincelles lumineuses dans les yeux de ses habitants. Portrait d’un concept innovant et étonnamment rafraîchissant…

Imaginez un lieu, à la fois espace physique, réseau et groupement d’habitants. Un lieu aux destins multiples et porté par ses usagers, où trouver des outils pour monter des projets, boire un café avec ses voisins, faire émerger de nouvelles idées, partager des petits plats, organiser un service de covoiturage, trouver une aide au déménagement, échanger et réparer des objets, mettre en place des achats groupés, recruter un crieur de rue, … Un lieu qui s’adapte aux souhaits des habitants, à leurs demandes, à leurs disponibilités. Et qui, l’air de rien, rassemble, fait se rencontrer, retisse du lien entre personnes partageant le même coin de vie.

cartographie.jpg
Cartographie des usages

Tout à la fois médiateur de quartier, lieu-ressource, animateur de quartier et tremplin des initiatives, la Veilleuse est, au-delà de son rôle de relais d’information, un « accélérateur de particules », une force de proposition qui vient outiller les habitants, débrider leur imagination, et les faire sortir des sentiers battus. A l’opposé de la prestation publique, la Veilleuse, gérée par les habitants eux-mêmes, les rend acteurs et co-créateurs de leur quartier, dont ils s’approprient d’autant mieux les qualités et la destinée.

Indépendante des services officiels, même si elle peut être soutenue par ceux-ci, la Veilleuse joue toutefois un rôle de médiateur entres les services de la Ville, les politiques locales, les citoyens et leurs projets. Elle fluidifie et vulgarise les démarches, relaie, en les traduisant, les informations provenant de la Ville pour les communiquer aux usagers. Dans l’autre sens, elle fédère et recense les expériences des usagers pour les faire valoir et les diffuser auprès des pouvoirs publics.

Un support actif qui révèle les potentialités présentes localement

La Veilleuse n’est pas un énième projet qui s’ajoute ou remplace des initiatives existantes. Elle va plutôt soutenir et développer les compétences et savoir-faire disponibles dans le quartier et en faire émerger une vision globale.

Pour ce faire, elle utilise des outils qui tranchent avec la conception classique de l’action publique. Carte ouverte où repérer et ajouter, pour l’ensemble du quartier, les initiatives existantes (espaces verts et jardins partagés, associations locales, pédibus, espaces de travail partagé, atelier de réparation vélo, crèches, marchés, événements, etc.) ; prototype de jeu pour animer une réunion de projet ; médiathèque ; manuels de trucs et astuces pour mettre en place un projet précis…, le tout porté par une légende graphique qui permette de retranscrire et d’expliquer graphiquement tout projet d’activité ou d’animation. Car la Veilleuse se nourrit d’une discipline peu courante en animation de quartier : le « design habilitant », dont est issue Perrine Boissier, créatrice de l’idée de la Veilleuse.

Consultez une veilleuse-map (animée).

« Fédérer, révéler et servir un territoire plutôt qu’une cause »

A l’image d’autres initiatives novatrices de ces dernières années, la Veilleuse de quartier agit, transversalement, à l’échelle d’un territoire plutôt que de s’organiser autour d’une thématique ou d’une cause précise.
Ce faisant, elle permet de rendre compte de la complexité de la vie quotidienne, non compartimentée selon les registres classiques des administrations locales, et rend plus aisée son appropriation par les habitants.

Ancrée dans un terroir, dont elle va saisir les spécialités et les identités, la Veilleuse ne peut être dupliquée telle quelle dans une autre région. Cependant, ayant été pensée par son initiatrice comme un concept et un réseau, elle peut être diffusée au-delà de son quartier initial pour nourrir la mise en place d’une structure comparable ailleurs. Une base de données commune à ces différents « laboratoires de recherche appliquée », en matière d’outils concrets permettant la collaboration entre voisins, est d’ailleurs en création.

La Veilleuse de quartier nourrit ainsi, autant qu’elle s’en inspire, l’imagination habitante et convie chacun à s’investir dans son lieu de vie. Un exemple salutaire pour une gouvernance locale créative !

Pour en savoir plus

Mini-documentaire sur le concept de Veilleuse de quartier :

Les différentes facettes possibles d’une Veilleuse :

La cartographie des relations d’une Veilleuse avec les usagers et les pouvoirs publics :

Céline Tellier

Anciennement: Secrétaire générale et Directrice politique