Retour au calme dans nos forêts !

Face à la multiplication des raids motorisés en forêts, Inter-Environnement Wallonie et le Réseau de la Forêt ont multiplié les initiatives pour sensibiliser le Ministre et son administration à l’impact négatif de tels raids sur l’environnement mais aussi sur le tourisme doux. Ce travail a motivé la sortie d’une circulaire imposant désormais un cadre très strict aux dérogations qui permettent la circulation des motorisés en forêts ; décision qui répond au désir d’une grande majorité des usagers de la forêt.

Cette circulaire indique notamment :

  • le renforcement des mesures de contrôle et de répression ;
  • la limitation à 300 participants maximum par raid ;
  • l’interdiction de circulation les dimanches, jours fériés et mercredis après-midi ;
  • l’autorisation d’une seule activité motorisée par an par commune ;
  • le passage unique au même endroit par itinéraire ;
  • l’interdiction de circulation sur les chemins et sentiers des zones Natura 2000 ;
  • la création d’une liste des participants à la disposition de la DNF au moins 24 heures avant l’organisation ;
  • la mise en place d’une caution de 10 € / participant pour une éventuelle remise en état des chemins ;
  • le refus d’autorisation si publicité préalable à celle-ci ;
  • la vigilance accrue durant les périodes sensibles (protection de la nature) et les périodes à haute fréquentation (présence de camps) ;
  • l’interdiction de passer des cours d’eau, excepté si des aménagements sont prévus ;
  • les plages horaires : 1er départ à partir de 9h00 et dernière arrivée à maximum 17h00.

Dans le cadre actuel du Code forestier, il était difficile d’aller plus loin. Les dérogations sont en effet inscrites dans le texte légal et la révision – actuellement en cours – de celui-ci prendra encore plusieurs mois. Les associations continueront à plaider pour que le futur Code forestier aille davantage encore dans le sens de la restriction car, même limités, les sports moteurs constituent une nuisance pour nos forêts, leur faune, leur flore, leurs usagers doux. Enfin, désireuses que chacun puisse s’amuser comme il l’entend … dans le respect de l’autre et de son environnement, elles prôneront la création de sites permanents dans des zones « écologiquement sinistrées ».

Vous trouverez en pièces jointes:
• le communiqué de presse associatif: Enduro de Bertrix; la légalité au fossé!
• le communiqué de presse du Cabinet du Ministre Lutgen