Stop béton : un hymne wallon

Stop béton : un hymne wallon

En dépit de quelques prises de position en faveur du « stop béton », le monde politique se montre peu incisif sur cette question sensible. Dans l’attente d’un décret instaurant un calendrier pour l’arrêt de l’artificialisation du sol en Wallonie, les choses évoluent peu sur le terrain. De nombreux projets (principalement immobiliers) contraires au stop béton continuent à voir le jour et être mis en œuvre.

Aussi, afin de donner du « cœur » au ventre » à celles et ceux qui continuent, contre vents et marées, à se battre en faveur du ménagement du territoire, voici un petit hymne à fredonner (ou entonner en chœur) sur l’air de la chanson « Laisse béton » de Renaud (« J’étais tranquille, j’étais peinard / Accoudé au flipper… »)

Au beau milieu de la nature

Ils ont déboulé en voiture

L’architecte et le promoteur

Puis aussi bien sûr l’ingénieur

Insensibles au chant des oiseaux

Ont dit, les roues dans le ruisseau :

« C’est ici qu’on l’construit

Not’ clos des pissenlits » (parlé)

Ca f’ra joli dans l’paysage

Toutes nos villas avec garage

Ce territoire on s’l’accapare

C’est jamais que quelques hectares

On va s’faire un max de pognon

Vivent le fric et le béton !

Y z’ont eu leur permis

Y z’ont tout démoli

Ont coulé leur béton

Construit toutes leurs maisons

Aux quatre coins de Wallonie

Cette pauvre histoire se reproduit

Ici c’est un centre commercial

Là, un zoning un peu bancal

Ailleurs ce sont de nouvelles routes

Aéroports et autoroutes

« Pour le bien du pays

Et de l’économie » (parlé)

Y faut mettre fin à cette folie

C’qu’ils tuent à p’tit feu, c’est la vie

Depuis trop longtemps les bagnoles

Bouffent de la terre agricole

Ces mecs et leurs projets bidon

Nous on leur dit : Stop béton !

Bulldozers, avocats

Nous f’ront plus bouger d’là

C’est fini pour de bon

Nous on dit Stop béton !

Tous ces bétonneurs acharnés

Ne pourront plus rien saccager

C’est promis nous les arrêt’rons

Nous sommes là pour stopper l’béton !

Afin d’assurer une juste répartition des choses, il nous semble utile de fournir également à la partie adverse un chant à sa mesure. Pauvre partie adverse, engagée dans une lutte de résistance, pour défendre le tarmac et le béton face aux amateurs de biodiversité. Pour elle, un hymne guerrier n’est pas de trop. Le voici donc, à chanter sur l’air du Chant des partisans (« Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines… »

Ami, entends-tu le froufrou des euros dans ta poche ?

Ami, vois-tu donc tous ces Verts verts de rage ? Ils sont moches.

Ils sont toutes et tous envieux – c’est pas beau – de ta Porsche.

Oublie tous ces cons, leurs sermons : faut pas rater le coche !

Le monde est à vendre, achète-le et revends-le, sans scrupules,

Bétonne à tout va et profite – n’hésite pas – des crédules.

Pour les opposants, pas le choix, faut qu’tu les manipules.

Ton but, n’oublie pas, est le fric, le pèse, le flouze – ton pécule !

Ami du béton, coule-le où tu veux, à ta guise.

Villas, routes, zonings, ô béton béton, image exquise.

La verte campagne grâce à toi deviendra, chose promise,

Une merveilleuse, une sublime étendue toute grise.

Aidez-nous à protéger l’environnement, faites un don !

Pierre Courbe

Mobilité