Tarif de l’électricité wallonne : une réforme salutaire mais imparfaite

Tarif de l’électricité wallonne : une réforme salutaire mais imparfaite

Le Gouvernement wallon a entériné ce jeudi le nouveau système de tarification de l’électricité proposé par le Ministre Nollet. Inter-Environnement Wallonie (IEW) se félicite d’une réforme qui met fin à l’aberration environnementale et sociale que constituait la dégressivité des tarifs en vigueur jusqu’ici. Nous regrettons toutefois certaines options du texte dont l’octroi d’une allocation de kWh gratuits à chaque ménage. Cette mesure envoie en effet un mauvais signal quant à la valeur de l’électricité et de l’énergie en général.

Au terme d’une saga longue de plusieurs mois, l’exécutif wallon s’est donc accordé sur le projet de réforme présenté par le Ministre de l’Energie, Jean-Marc Nollet. Les ménages wallons jouiront désormais d’une allocation de kWh non facturés modulée en fonction de leur taille. Une personne isolée se verra ainsi attribuer un volume de 400 kWh ; pour une famille de 7 personnes ou plus et les clients bénéficiant du tarif social, il montera à 800 kWh. Le coût de cette allocation sera répercuté sur le prix des kWh consommés au-delà du point neutre.
Concrètement, les ménages ayant une consommation électrique excessive verront leur facture augmenter tandis que celle des ménages moins énergivores diminuera.

Inter-Environnement Wallonie accueille positivement ce passage d’une tarification dégressive à une tarification progressive. Outre son impact social redistributif, le nouveau système devrait générer une diminution de la consommation globale et des pollutions qui y sont liées.
Notre satisfaction sur le principe s’accompagne néanmoins de réserves quant à sa mise en œuvre.

Nous déplorons ainsi les niveaux fixés pour « les points neutres », trop élevés pour avoir un impact environnemental significatif.

L’octroi de l’allocation de kWh non facturés aux prosumers, propriétaires de panneaux photovoltaïques bénéficiant déjà d’un certain volume d’électricité « gratuite », nous apparaît également contestable. Les ménages concernés ne seront en effet pas incités à diminuer leur consommation énergétique.

Par ailleurs, si le fait d’exclure de la mesure les ménages ayant le chauffage électrique comme mode de chauffage principal est une décision sage qui évite de sanctionner des ménages modestes, le gouvernement devra prévoir des mesures spécifiques favorisant une sortie progressive de cette technique. Il devra en outre renforcer sa politique de soutien à l’isolation pour les ménages à bas revenus, seule solution pour baisser durablement leur facture énergétique.

Enfin, le principe de kWh gratuits constitue à nos yeux un très mauvais signal. Aucune énergie n’est en effet gratuite et il importe que les consommateurs en soient pleinement conscients. Une tarification « symbolique » dès le premier kW consommé aurait été préférable.

Inter-Environnement Wallonie se montera particulièrement attentif, dans les mois suivants la mise en œuvre de la mesure, afin de s’assurer que celle-ci soit évaluée en profondeur et que son caractère environnemental soit renforcé.

Fermer le menu