Toxiques, les cosmétiques ?

Un inventaire orchestré par Greenpeace dresse un bilan des substances de synthèse présentes dans les parfums et cosmétiques. Ce guide s’appelle Cosmétox. Il contient une liste des marques principales, classées en vert, orange et rouge selon les réponses données par les fabricants sur le contenu chimique des produits qu’ils commercialisent.
La Directive « Cosmétiques » qui réglemente ces produits présente de nombreuses lacunes et repose sur des seuils fixant des "risques acceptables". Pour Greenpeace, les consommateurs ont le droit d’être informé en toute transparence sur la toxicité des produits utilisés en cosmétologie. "En diffusant ce guide massivement, nous souhaitons aujourd’hui alerter les consommateurs sur la potentielle nocivité des produits qu’ils se mettent sur la peau. Aucune information sur cette question n’est mentionnée sur l’emballage et le consommateur aujourd’hui n’a d’autre choix que de faire confiance aux fabricants. Ces derniers en profitent et se cachent derrière des réglementations permissives ! Ils doivent maintenant prendre leurs responsabilités et s’assurer de la totale innocuité de leurs produits en s’engageant à substituer les ingrédients à risques par des alternatives totalement sûres pour notre santé", déclare Véronique Papon, chargée de campagne éco-consommation chez Greenpeace France.
Ce guide a en effet un double objectif. D’une part, informer les consommateurs sur la présence de substances dangereuses pour leur santé et l’environnement dans des produits qu’ils utilisent quotidiennement. D’autre part, interpeller massivement les fabricants de ces produits, sur la question de l’utilisation de ces substances toxiques dans le contexte de la réforme chimique européenne REACH (Enregistrement, Evaluation, Autorisation des substances chimiques).
Rappelons que "REACH" passera en deuxième lecture au parlement européen avant la fin de l’année 2006. Ce projet constitue une opportunité historique de mettre en œuvre le principe de substitution en favorisant l’utilisation des substances moins dangereuses pour la santé et l’environnement. Durant ces dernières années, de nombreuses associations, organismes ou syndicats ont fermement plaidé pour l’adoption d’une réglementation européenne efficace sur les produits chimiques. D’ici la fin de l’année, il s’agira de rappeler aux parlementaires l’importance de ces enjeux. En attendant, chacun de nous peut aussi agir individuellement en faisant entendre sa voix. Ce guide constitue un bon moyen d’agir en ce sens.

Le guide Cosmétox édité par Greenpeace France, (dernière version parue en février 2006), est disponible chez Greenpeace Belgique, Chaussée de Haecht, 159 à 1030 Bruxelles
www.greenpeace.be ou Tel : +02 /274 02 00

Inter-Environnement Wallonie

La voix du mouvement environnemental