Un décret éolien wallon à glisser sous le sapin

Un décret éolien wallon à glisser sous le sapin

Le Décret éolien reviendra sur la table du Gouvernement wallon ce jeudi. Tant les citoyens que les autorités communales mais aussi les développeurs éoliens sont en demande d’un cadre clair et d’une planification raisonnée de l’éolien wallon. Il est donc prioritaire de déboucher sur un mécanisme qui permette de répondre aux objectifs de production d’énergies renouvelables et qui soit compatible avec des impératifs légitimes de protection du cadre de vie. La Fédération Inter-Environnement appelle donc le Gouvernement wallon à ne plus tergiverser et à engager la Wallonie sur cette ambitieuse voie.

Au terme de longs débats sur la cartographie éolienne et le découpage du territoire wallon en lots assortis d’un productible minimal, l’outil décrétal est devenu incontournable pour accompagner un développement éolien planifié dans le temps et l’espace et doté de règles claires consolidées juridiquement. L’approche en vigueur du « premier arrivé, premier servi », sans réelle vision d’ensemble ni cohérence en termes d’optimisation du potentiel venteux et de répartition équilibrée des nuisances, ne peut perdurer. Les recours systématiques, les réticences de nombreuses communes à accueillir l’éolien et les préoccupations des citoyens ne peuvent plus être alimentés par l’incertitude réglementaire et juridique que les atermoiements du Gouvernement wallon entretiennent dans ce dossier.

Pour IEW, le gouvernement doit aller de l’avant. Si la piste du petit éolien le long des voies navigables et axes autoroutiers est intéressante, la Fédération demande que sa faisabilité et son efficacité soient étudiées via des projets pilotes. Néanmoins, cette filière « petit éolien » ne doit en rien exclure le développement du grand éolien. Celui-ci repose sur une technologie mature qui présente un bon rapport coût-efficacité. Dans ce contexte, le développement du grand et du petit éolien seront deux moyens complémentaires d’atteindre les objectifs wallons de production de 20 % d’énergies renouvelables d’ici 2020 nécessaires pour lutter contre les changements climatiques.

Le nouveau cadre juridique doit contribuer à l’atteinte des objectifs en matière de production d’énergies renouvelables mais aussi en matière de protection du cadre de vie des habitants, du paysage et de la biodiversité. Il devra ainsi s’appuyer sur une répartition optimale du productible éolien et définir des règles claires et transparentes d’attribution des lots.

Enfin, l’obligation d’ouvrir le capital des projets aux acteurs communaux et aux coopératives citoyennes doit, elle aussi, être garantie par ce décret afin de donner un véritable élan à une prise de participation publique et citoyenne dans le mix énergétique de demain. Outre la création de plusieurs milliers d’emplois, IEW y voit un meilleur gage d’acceptabilité sociale par un partage des bénéfices, une implication dans la gestion des projets et une opportunité de nouvelles ressources pour les communes.

Inter-Environnement Wallonie

La voix du mouvement environnemental