Un “permis de pulvériser” + une semaine sans pesticides!

Un “permis de pulvériser” + une semaine sans pesticides!

Les ONGs plaident depuis des années pour une diminution de l’utilisation de pesticides, à la fois dans les espaces publics et privés. Les dangers des pesticides pour la santé sont aujourd’hui reconnus tant des scientifiques que des autorités. Les divers projets législatifs en la matière l’attestent. Au niveau européen, les projets de directive pour une utilisation durable des pesticides et de règlement de mise sur le marché des produits phytosanitaires commencent intégrer une possible limitation du recours aux pesticides. Au niveau belge, dans le cadre du Plan de Réduction des Pesticides et des Biocides (PRPB), l’administration fédérale a montré ces dernières années sa volonté de réduire les impacts des pesticides : scission des agréations, édition de brochures de sensibilisation « Biocides et pesticides : pas sans risques ! », … ainsi que le projet tant attendu de licence « pesticide ».

Un permis sera requis

Cette licence s’avère fondamentale afin de mettre en ½uvre cette nouvelle « culture » préventive en terme de risques et de réduction de la dépendance aux pesticides. En effet, toute personne responsable d’un traitement phytosanitaire devra dans ce cas posséder le-dit permis. Un peu comme ce qui se fait avec le permis « automobile ». Cela implique par conséquent de suivre une formation, passer une épreuve d’admission, et après quelques années, suivre une mise à niveau puisque les connaissances évoluent très rapidement dans ce domaine.

Un changement des mentalités

Avec ce permis de pulvériser, il faudra aussi prévoir un système de contrôle des dépassements, accompagné d’éventuelles sanctions à appliquer en rapport avec la gravité des faits. En effet, les enquêtes sur l’utilisation des pesticides montrent que pas mal d’utilisateurs connaissent les risques pour la santé et l’environnement mais omettent souvent d’appliquer les conseils préconisés sur l’étiquette du produit à épandre. Et oui, si la plupart des agriculteurs connaissent souvent les bonnes pratiques d’utilisation, ceux-ci lorsqu’ils sont sur le terrain, n’appliquent pas toujours le bon geste au bon moment.

Chaque utilisateur est concerné

Grâce à cette future licence, tous les utilisateurs de pesticides devront fournir les mêmes efforts. En effet, ce permis de pulvériser ne se limite pas aux agriculteurs mais concernera l’ensemble des utilisateurs professionnels, à savoir également le personnel en charge des espaces verts, les entreprises d’entretien et de jardinage,… Tout bénéfice pour la santé (des travailleurs) et de l’environnement !

Une semaine sans pesticides

Si la semaine sans pesticide se veut aujourd’hui européenne, elle a été initiée en France (ACAP). Le pôle wallon de promotion de la « gestion différenciée » a décidé de la mener en Région Wallonie du 20 au 30 mars 2008 http://www.semaine-sans-pesticides.be. Son objectif : montrer qu’il existe des alternatives efficaces à l’utilisation des pesticides de synthèse !
N’hésitez pas à proposer une activité lors de la semaine sans pesticides !

Plus d’infos et inscriptions sur : http://www.semaine-sans-pesticides.be

Inter-Environnement Wallonie

La voix du mouvement environnemental