Verviers : un centre commercial qui a du plomb dans l’aile

Verviers : un centre commercial qui a du plomb dans l’aile

Dans son rapport, l’auditeur du Conseil d’Etat propose l’annulation du permis octroyé pour la construction du complexe commercial City-Mall Foruminvest à Verviers. Gageons que les opposants au projet ont accueilli cette nouvelle comme une formidable bouffée d’oxygène redonnant espoir au combat obstiné qu’ils mènent depuis des années.

Suite à la décision du Ministre Henry de délivrer le permis unique pour la construction d’un centre commercial en bord de Vesdre à Verviers, plusieurs recours ont été introduits par des riverains devant le Conseil d’Etat.

Un premier palier de la procédure vient d’être franchi avec le dépôt du rapport de l’auditeur. Pour les opposants de ce projet surdimensionné (pour rappel, 23.000 m² de surface commerciale utile), ce rapport est de bonne augure dès lors qu’il postule l’annulation du permis octroyé par le ministre.

La Fédération a toujours vivement critiqué ce projet et n’avait d’ailleurs pas manqué d’introduire, en décembre 2010, un recours devant le Gouvernement wallon contre le permis unique délivré en première instance par la ville de Verviers.

Si sa version initiale a été utilement revue et corrigée, notamment grâce à l’argumentation constructive développée par des habitants de Verviers et des associations comme Vesdre Avenir, dans les faits, le projet en l’état demeure, selon nous, inacceptable à plusieurs égards:

 problème de compatibilité avec la zone d’habitat ;

 problème de mobilité car la zone de chalandise dépasserait les limites communales ;

 perte d’attractivité des commerces proches du centre commercial ;

 atteinte portée au lien existant entre la ville de Verviers et la Vesdre car l’infrastructure prévue viendrait occulter la rive gauche du cours d’eau.

La Fédération se réjouit donc du rapport de l’auditeur. Néanmoins, la prudence reste de mise… En effet, ce rapport ne constitue qu’une première étape dès lors que la décision finale appartient au Conseil d’Etat. Il ne reste donc qu’à espérer que la haute juridiction administrative emboitera le pas de l’auditeur et assènera le coup final. Patience, donc.

Jean-François Pütz

Responsable Service Juridique