Wallonie, terre de tourisme durable

You are currently viewing Wallonie, terre de tourisme durable

Les amateurs·trices de mobilité douce ou les personnes qui se soucient du climat vont être ravi.e.s : de nouveaux circuits touristiques, plus durables ont été créés en Wallonie et sont accessibles à différents types de publics.

Pour rappel, la mobilité des touristes vers et dans leur destination est responsable de près de 80% des émissions de gaz à effets de serre du secteur touristique. Par ailleurs, plusieurs enquêtes révèlent que les voyageurs belges accordent de l’importance aux voyages durables, mais que le manque d’informations et le prix sont des obstacles à la concrétisation de leurs intentions1.

Or, les voyages en mobilité douce (par exemple associant la marche, le vélo et le train) existent et ne sont pas nécessairement plus chers que ceux réalisés en utilisant la voiture ou l’avion, bien au contraire. Ils sont généralement plus économiques, étant donné que le poste « essence » ou « ticket d’avion » peut être rayé du budget. Il est vrai que les tickets de trains peuvent s’avérer plus coûteux que des tickets d’avion low-cost pour un même trajet, mais si le choix se porte sur une destination de proximité, le prix du voyage (même en train) est réduit.

Au salon « le relais des voyageurs », qui s’est tenu à Namur fin mai 2021, plusieurs « produits » touristiques plus durables ont été présentés, et notamment, des randonnées pédestres d’un jour ou plus, de gare en gare en Famenne, Ardenne et Gaume, conçues dans le cadre d’une collaboration entre plusieurs parcs naturels, le GAL Nov’Ardenne, avec le soutien de l’Europe et de la Wallonie. Dans le cadre de ces itinéraires, certains artistes sont mis en valeur. Le site qui les promotionne rend visible les lignes et horaires de train permettant d’y accéder. VISITWallonia, qui avait déjà mis en ligne une série d’escapades sans voiture, a promotionné dans le cadre de ce salon une série de randonnées, dont plusieurs conçues par l’association des Sentiers de Grande Randonnée, qui a développé 20 nouveaux itinéraires de gare en gare, d’une longueur d’environ 20 km chacun, ainsi que des itinéraires de longue distance.

Last but not least : avec l’aide de l’agence de développement Hike Up, qui avait déjà développé le circuit « L’échappée Transwallonne », dix auberges de jeunesse wallonnes se sont associées pour proposer des circuits les reliant à pied ou à vélo en utilisant ces modes de transports doux et le train. Ainsi, les produits proposés sont encore plus durables, car les logements qui y sont intégrés (les auberges de jeunesse) sont engagés socialement, sont écolabellisés (via le label Clé Verte / Green Key) et ces circuits de proximité mettent en valeur le patrimoine naturel et culturel local. Une belle avancée dont pourront bénéficier les adeptes de slowtourisme et de durabilité !

Aidez-nous à protéger l’environnement, faites un don !


  1. Dont une enquête menée par le voyagiste TUI en 2017 (https://www.iew.be/tourisme-durable-une-opportunite-pour-la-wallonie/) – voir aussi le mémoire récent de Virginie Ukaj : « L’impact du webmarketing et de la communication touristique sur le choix des belges à pratiquer le tourisme durable », ICHEC, année académique 2020-2021 (disponible sur demande).

Marie Spaey

Tourisme